Yasser Larouci fait partie des binationaux qui pouvaient éventuellement jouer pour l’Algérie dans les années à venir. Pour l’instant, le sociétaire de l’ESTAC Troyes continuera à porter les couleurs de la France. Bien que natif d’El-Oued, le joueur de 21 ans a déjà défendu la tunique des U21 et va endosser celle des U23 Français. Hier, le sélectionneur Sylvain Ripoll l’a appelé pour suppléer le départ d’un autre défenseur qui était appelé en équipe de France A par Didier Deschamps. Cette nouvelle convocation ne pourrait que retarder, voire annihiler, sa venue éventuelle chez les « Verts ».

Par Mohamed Touileb
Certainement, ce n’est pas une démarche qui le rapproche plus de l’Algérie sur le court terme. Larouci paraît bien tenté par l’éventualité de disputer l’EURO-2023 avec les espoirs de l’équipe de France l’été de la même année. Un tournoi qui sera co-abrité par la Roumanie et la Géorgie du 09 juin au 02 juillet prochains.
Il faut dire que cet épisode ne constitue pas une surprise tant Djamel Belmadi est conscient que toute donne peut changer. « Quand un joueur me dit «non attends, parle à mon papa, ma maman, mon chien»… Je pourrais juste dire publiquement qu’il a dit non et c’est fini. Pour autant, je travaille sur le temps long. Mais je ne cherche pas à convaincre. Je présente le projet », avait lancé le driver des « Verts ».

Belmadi s’y attendait
Dans la foulée, il a indiqué que « Moi, ça fait 4 ans que je ne veux pas faire ça, car ce n’est pas dans mon intérêt. Ni le vôtre. Peut-être qu’aujourd’hui un joueur n’est pas prêt, mais qu’à 23 ans, il le sera et il vous donnera 10 ans d’équipe nationale. Ceux qui condamnent et mettent en difficulté, après le joueur aura tellement peur qu’il ne viendra plus. Moi je ne jouerai pas à ce jeu-là. Le plus important, c’est savoir si le coach est aussi déterminé que vous à avoir ces joueurs ? La réponse est oui, et même plus que vous.»
Cette méthode est prônée car le driver d’« El-Khadra » conçoit que certains candidats ont peut-être besoin de temps pour trancher. C’est pour cette raison qu’il a décidé de ne plus donner de détails sur les tractations. Cependant, là, on se retrouve face à un cas concret. Larouci tâtonne pour venir chez les « Verts ». Etonnamment, il fait des clins d’œil répétitifs sur ses réseaux sociaux pour montrer une sorte d’attachement à son pays de naissance et d’origine. Le dernier est le choix de son numéro en club. Il a décidé de porter le numéro 39 en référence à la wilaya d’El-Oued.
Par ailleurs, d’après nos sources, Belmadi lui aurait même envoyé une convocation pour la date FIFA de juin dernier sans juger utile d’échanger avec lui. Certes, l’approche était légère parce que le chef de la barre technique algérienne n’a pas jugé utile de l’appeler et le prévenir. Mais c’était pour lui montrer qu’il l’intéresse concrètement. Conséquence : l’ancien sociétaire de Liverpool n’a pas donné suite à cette requête.

Réticence pour l’Algérie, diligence avec la France
Cette réticence contraste avec sa diligence pour répondre favorablement à la convocation chez les U-23 de la France. Pourtant, le coach Ripoll ne voit en lui qu’une alternative pour ses plans initiaux. En effet, Larouci n’a été convoqué qu’après qu’Adrien Truffert a été appelé par Didier Deschamps pour rallier l’équipe de France A suite au forfait de dernière minute de Lucas Digne (blessé). Sa dernière apparition avec le maillot des « Bleuets » était le 28 mars écoulé. Il a eu droit à 69 minutes contre l’Irlande du Nord (victoire 5-0) avec 1 but inscrit. Pour l’anecdote, il était aussi appelé sur le fil pour suppléer un certain Rayan Aït-Nouri, un autre binational. Ce dernier avait, en revanche, décliné la convocation en avançant un motif familial. n