Notre confrère du quotidien «Le Soir d’Algérie» Abderrahmane Bettache dit Youcef est décédé hier matin à l’âge de 53 ans, ont annoncé ses proches et ses collègues. Le défunt a succombé à un malaise cardiaque alors qu’il effectuait son jogging habituel au niveau du stade 5-Juillet, dans les hauteurs d’Alger.

Evacué au CHU de Beni Messous, il rend l’âme en cours de route. Abderahmane Bettache était marié et père de 3 filles. Il avait derrière lui un parcours riche et varié au sein de différentes rédactions. Durant les années 1990, il avait travaillé à « Algérie Sport » puis au quotidien « l’Opinion » avant qu’il n’entame l’essentiel de sa carrière au «Soir d’Algérie». Il était également connu pour avoir été l’animateur d’une émission politique dans une chaîne de télévision privée. Le défunt, qui est également le frère du président de l’APC d’Alger-centre Abdelhakim Bettache, sera inhumé aujourd’hui samedi, après la prière du Dohr, au cimetière de M’Douha, dans sa ville natale de Tizi-Ouzou. Le défunt fait partie de la génération qui a embrassé la carrière de journaliste après 1989. Il a pratiquement traversé toute cette partie importante de l’histoire de la presse nationale et la décennie rouge en journaliste de terrain. Durant son parcours, il s’est particulièrement spécialisé dans les questions sociales. Pendant très longtemps, il a fait partie des quelques journalistes qui connaîssaient parfaitement la maison UGTA et plus généralement le syndicalisme.
Avec lui, disparaît un précieux témoignage de toutes les batailles menées par l’UGTA et toutes les querelles internes du temps du défunt Benhamouda jusqu’à l’arrivée de Sidi-Saïd qu’il connaîssait très bien. Le Syndicat national des journalistes (SNJ) n’a pas manqué d’affirmer, à l’annonce de la disparition de «Youcef», que «cette terrible nouvelle attriste toute la presse nationale et tous ceux qui l’ont connu, l’un des purs produits de la presse indépendante, celle née avec l’éclosion du pluralisme politique et médiatique au lendemain des événements d’octobre 1988 ». En cette triste occasion, « le Syndicat national des journalistes présente ses sincères condoléances à la famille du défunt, à nos confrères du quotidien le «Soir d’Algérie» mais aussi à l’ensemble de la corporation », ajoute le communiqué signé par le secrétaire général, Kamel Amarni.