Un huitième rassemblement pour la libération de Khaled Drareni a été organisé, hier, au niveau de la maison de la presse Tahar-Djaout en présence de journalistes, d’avocats et d’acteurs du mouvement populaire.
Il s’agit d’une nouvelle action à travers laquelle les manifestants ont réitéré leur exigence de libération pour leur confrère qui croupit dans la prison de Koléa (Tipasa) mettant en avant son innocence. Comme lors des précédents rassemblements, les professionnels du secteur ont été rejoints par des activistes et des représentants de partis politiques à l’image de l’avocate Fetta Sadat qui est aussi députée du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).
L’action d’hier est la quatrième depuis la condamnation, par la Cour du Ruisseau, du journaliste à une peine de deux ans ; une sentence décriée par ses confrères et les avocats, qui ont introduit un pourvoi en cassation.
«Khaled Drareni est un journaliste libre», «Khaled Drareni n’est pas un khabardji», «libérez Drareni», «Presse libre, justice indépendante» sont les mots d’ordre entendus à l’occasion de cette nouvelle mobilisation durant laquelle les manifestants ont mis en avant «une conjoncture difficile que traverse la presse».