Par Bouzid Chalabi
Les producteurs de colza qui, jusqu’ici, redoutaient de ne pas trouver, d’une part, où déposer leur excellente récolte réalisée cette année et de débouchés de vente, d’autre part, sont enfin rassurés. En effet, les dépôts des Coopératives des céréales et légumes secs (CCLS) leur sont ouverts et toute leur production cédée entièrement à un prix au quintal très encourageant.
Mais c’est surtout d’apprendre qu’ils vont bénéficier d’une aide de l’Etat de 1 500 DA, portant leur prix de vente à 9 000 DA/quintal au lieu de 7 500 DA et que le groupe Cevital s’est engagé à recueillir toute leur récolte, soit 100 000 quintaux à raison de 7 500 DA/q, en contre partie d’une contribution étatique de 500 DA sur chaque quintal acheté par le groupe Cevital, qui les a rassurés. Après s’être lancés dans l’inconnu d’une culture certes, innovante, mais à risque, ils sont aujourd’hui satisfaits. Ils ont donc réussi non seulement le pari de réaliser des rendements à l’hectare très appréciable sur un oléagineux (colza) importé en grande quantité par les producteurs d’huile d’étable mais aussi de faire figure de pionnier en la matière.
Il faut dire que cette année, ces derniers avaient misé gros par rapport à leur première expérience, tentée en 2021. Le total des sols emblavés de semences de colza est passé de 3 000 à 13 000 ha en 2022 et qui s’est soldé par une moisson de 130 000 quintaux. Un volume de récolte si important qu’il a fallu l’intervention du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhadi Henni, pour sommer l’OAIC, dont relèvent les CCLS de permettre aux producteurs de colza de disposer de leurs entrepôts, compte tenu de la spécificité de cet oléagineux qui exige de bonnes conditions d’ensilage. Cette entrave levée et en signe d’encouragement pour produire plus, le gouvernement a décidé d’accorder une aide de 1 500 DA par quintal. Quant à l’initiative du groupe Cévital de se rendre acquéreur de la quasi majorité de la production 2022 de colza, elle résulte d’une réunion qu’a eu le ministre du secteur avec Gri Food, filiale de Madar Holding, un représentant du groupe spécialisé dans les pâtes alimentaires SIM, le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et le directeur de l’Institut technique des grandes cultures (ITGC).
Selon des sources concordantes, le groupe Cévital a pris la décision d’acheter la totalité de la production de colza de cette saison, après le refus par le groupe SIM» d’acheter de grandes quantités de cet oléagineux en raison des pertes qu’il a subies l’année dernière, engendrées «par la mauvaise qualité des graines» et que Madar Holding a exprimé sa volonté d’en faire commande la saison prochaine.