La deuxième destination phare de ces vacances de fin d’année est le Grand-Sud. Cette destination se maintient à la deuxième place du podium. En effet, les aventuriers et amateurs de musique gnawie trouvent leur bonheur dans cette destination.

Pendant la journée, ils découvriront la magie du Sud algérien et auront leurs nuits bercées par la musique locale. «J’ai connu une augmentation de plus de 50% des réservations sur les produits locaux que je propose dans mon agence», assure fièrement, Djamel Abdelaoui, patron de l’agence de tourisme «Afriland». «L’année dernière, j’avais aussi misé sur des circuits locaux, mais c’était très difficile pour moi de les écouler surtout avec la concurrence tunisienne qui casse les prix. Néanmoins, cette année, j’affiche presque complet sur tous mes produits made in bladi», ajoute-t-il. Il affirme la réception de plusieurs demandes pour la destination Sud à tel point que depuis quelques jours «les destinations vers Taghit et Timimoun sont complètes pour notre agence», soulignant que « les touristes enregistrés à notre niveau sont des nationaux et des étrangers établis en Algérie». Côté tarification, il affirme que les séjours sont «très étudiés». Ainsi, un séjour d’une semaine dans des bungalows avec eau potable et des excursions plus repas est à 35 000 DA en moyenne. Toutefois, le billet d’avion reste aux frais du touriste.
Il n’y a pas que chez «Afriland» que le Sud affiche complet. Même le tour-opérateur public «Onat» n’a presque plus de places pour un réveillon au Sud. Même si les prix restent quelque peu excessifs par rapport à la concurrence tunisienne. Une semaine dans une ville du Sud avec billet d’avion varie entre 60 000 et 70 000 DA, carrément le double par rapport à la Tunisie.