Pas de Mahrez ? Pas de problème, il y a Ounas. Oui, ils n’ont pas le même âge (28 et 22 ans dans l’ordre) on aura, ni la même carrière encore, mais ils sont tous les deux gauchers. Tous les deux talentueux. Lundi, le premier nommé a débuté sur le banc contre la Tanzanie pour la dernière journée de la phase de poules en CAN 2019 (21 juin – 19 juillet) en Egypte alors que le second a été aligné d’entrée. En 74 minutes, Ounas a eu le temps de marquer un doublé et distiller une offrande pour Slimani. Excellente facture. Comme un symbole, c’est Riyad qui l’a remplacé. Il aura attendu sa seconde titularisation (la première était contre la Gambie le 22 mars dernier) avec l’équipe nationale et sa 7e sélection pour débloquer ses compteurs buts et passes mais Ounas a, comme attendu, fait l’étalage complet de sa classe. L’ancien sociétaire des Girondins de Bordeaux (Ligue 1/France) a laissé une forte impression lors du large succès 3 buts à 0 des Verts face aux Tanzaniens avant-hier. Comment ne pas s’en souvenir alors que le Napolitain a été impliqué sur les trois réalisations de l’EN et qu’il est devenu le deuxième Algérien, après Ali Meçabih, à inscrire un doublé pour sa première titularisation dans le tournoi continental ? Loin des statistiques, celui qui a été transféré pour 10 millions d’euros vers le Napoli SSC (Serie A/Italie) a été époustouflant dans ses prises de balles et ses décisions. Surtout sa faculté de trouver des solutions en jouant vers l’avant. Djamel Belmadi, driver de la sélection, était en admiration et a salué sa prestation : « si j’ai sélectionné les joueurs ce n’est pas pour être surpris de leur niveau aujourd’hui, Adam est un joueur avec de grandes qualités, il a une situation difficile en club suite à quelques blessures et il joue au même poste qu’un certain Riyad Mahrez », dira-t-il.

Plus qu’un remplaçant
Pour sa part, le numéro 12 des « Fennecs », désigné –en toute logique- homme du match, était très content de sa prestation : « Je suis très satisfait comme tous les joueurs. On a réussi ce match là avec aucun but encaissé, c’était important de ne pas prendre de but pour arriver en huitième de finale le plus solide possible », a-t-il noté. Laissé sur le banc lors des deux premières sorties contre le Kenya et le Sénégal, Adam a su attendre son heure et saisir l’occasion. Il avait de prouver qu’il peut être plus qu’un simple remplaçant. A ce sujet, il dira que : « c’est un choix du coach. J’étais deux fois sur le banc. En club, ces derniers temps, avant de venir en sélection, j’étais blessé pendant un mois car j’avais un petit problème musculaire.» Aussi, le natif de Chambray-lès-Tours reconnaît que « quand tu ne joues pas deux matchs, t’as forcément envie de prouver au coach que tu as envie de jouer. Je pense que j’ai bien montré ce soir (avant-hier) que j’avais l’envie, même si à la fin j’étais un peu cuit.» Après cette superbe copie, nul ne doute que le sélectionneur d’ « El-Khadra » se retrouve dans un sérieux embarras… du choix. Avoir un élément comme Ounas en solution de rechange est certainement réjouissant. Surtout avec l’entame de la deuxième partie de la compétition. Désormais, le premier responsable de la barre technique l’a confirmé : que ce soit pour suppléer
Mahrez ou booster l’attaque, l’alternative est toute trouvée. C’est Adam Ounas, les yeux fermés. M. T.