Tout peut aller très vite dans le football. Et si ce n’est pas dans le bon sens, c’est qu’on va dans le mauvais. C’est ce qui est en train d’arriver à Adam Ounas qui se retrouve prêté au dernier du championnat italien : Crotone FC. Sachant qu’il a été recruté, en juillet 2017, par le Naples SSC contre 12 millions d’euros en provenance des Girondins de Bordeaux, le prestige a pris un sérieux coup en l’espace de 3 ans et des escales pas très abouties.

Depuis qu’il a signé chez les Napolitains, il a porté 4 tuniques différentes : celle des Gli Azzurri, de l’OGC Nice (France), Calgliari Calcio en attendant d’endosser celle de Crotone FC où il a été prêté lundi lors des derniers instants du mercato hivernal.
Son passage à Cagliari n’a pas été franchement brillant avec, notamment, des soucis récurrents aux adducteurs qui l’ont empêché de se faire une place dans les plans du coach Eusebio Di Francesco pas franchement convaincu de son apport. D’autant plus que l’Algérien n’a pas pu être concrètement opérationnel depuis le 29 novembre 2020.

Retour express à l’envoyeur
A compter de cette date, il n’a joué que 17 petites minutes (10 en Serie A et 7 en Coupe d’Italie). En tout, c’était 10 apparitions (412 minutes pour une seule et une passe D) avec la formation Cécilienne. Insuffisant. La conséquence de cette inconstance et de cette fragilité est fâcheuse. Le team de la Sardaigne décide de mettre fin prématurée au prêt sachant que l’ailier droit a cumulé les forfaits tout en étant payé.
Pas l’idéal dans un contexte économique délicat. La collaboration a donc été rompue. Et comme le Napoli ne compte pas trop sur le gaucher, il lui cherchait un autre point de chute. Et c’est chez Crotone FC, dernier de la Serie A, qu’il a atterri après avoir été recalé par le FC Nantes où son agent comptait le placer.
En France, il avait fait ses débuts en pro avec les Bordelais avant de s’envoler en Italie puis revenir chez l’OGC Nice avec une pige plus ou moins bonne. Une collaboration avec les Niçois intervenue après la CAN-2019 remportée par l’Algérie et en présence d’Ounas qui avait marqué 3 buts et délivré une passe décisive. En Côte d’Azur, il a disputé 19 rencontres pour 4 réalisations et autant d’offrandes. Cela n’avait, néanmoins, pas convaincu les dirigeants des «Aiglons» de lever son option d’achat.

État d’esprit à revoir
Quant à la direction des «Partenopei», les plans étaient de l’envoyer ailleurs pour essayer de s’aguerrir d’un football italien qui ne semble pas vraiment correspondre à la fibre footballistique d’un joueur doué techniquement mais un peu trop fragile physiquement. Clairement, la carrière d’Adam Ounas est en train de prendre une tournure inquiétante. Sa courbe est déclinante et sa cote sur le marché risque aussi de prendre un sérieux coup si jamais il ne se ressaisit pas rapidement. Aujourd’hui, son prix sur le marché est estimé à 8 millions d’euros. Passer de clubs qui disputent la Ligue des Champions UEFA et les premiers rôles dans les épreuves nationales à une équipe qui lutte pour le maintien n’est pas l’idéal pour rester sous la lumière. Néanmoins, il y a des motifs d’espoir. A condition de jouer plus souvent et d’être efficace. A 24 ans, il n’est pas logique d’enterrer un footballeur au talent certain. Il reste l’état d’esprit à changer. Et tout devrait rentrer dans l’ordre.