Il a un statut assumé et des exigences auxquelles il doit répondre. Raïs M’Bolhi a, tout au long des 12 dernières années, été le gardien numéro 1 de l’équipe nationale. A 36 ans, il est inévitablement sur la partie descendante de la courbe de carrière. Depuis 30 juin, il est sans club après la fin de son contrat de 4 ans et demi avec El-Ettifaq (Arabie saoudite). Pour l’instant, il n’a signé nulle part. Et cela pourrait inquiéter le sélectionneur Djamel Belmadi qui a été clair en mai dernier. Seuls les plus compétitifs auront une place dans le onze. Raïs pourrait constituer une exception. Mais cela pourrait mettre le driver de l’EN dans l’embarras si traitement de faveur il y a.

Après 4 ans et demi à Al-Ettifaq (Arabie saoudite), Raïs M’Bolhi (36 ans) se retrouve libre sur le marché des transferts. Son contrat avec la formation de Dammam a expiré il y a près d’un mois. Pour l’instant, le portier principal de l’équipe nationale (90 sélections) n’a pas rebondi.

Belmadi a été clair

Toutefois, dans ce dossier, ce n’est pas le plus inquiétant. En effet, selon nos informations, le keeper d’ «El-Khadra» a grillé une carte en essayant de négocier un salaire important avec le promu Khaleej FC, où s’est engagé Djamel Benlamri, qui voulait l’enrôler. On ne peut pas parler de manœuvre intelligence. Surtout quand on sait que le sélectionneur Djamel Belmadi avait lancé un avertissement à l’endroit des «Fennecs» par rapport à leur situation contractuelle délicate ou manque de temps de jeu. Certains étaient en fin de contrats comme Raïs M’Bolhi. A Al-Ettifaq, il avait connu son passage le plus stable dans toute sa carrière. Fait notable pour un joueur qui compte 11 teams différents en carrière où il a pas mal bourlingué (France, Ecosse, Japon, Bulgarie, Etats-Unis, Turquie, etc.). «Cet été sera important pour nos joueurs, qui devront prendre les bonnes décisions pour être plus compétitifs l’année prochaine», avait prévenu Belmadi. Clairement, le fait que M’Bolhi soit toujours sans équipe ne peut que préoccuper le coach des Verts.

Pas de relève immédiate chez les Verts

Par ailleurs, on peut rappeler que ce n’est pas la première fois qu’il se retrouve libre sur le marché puisqu’en novembre 2017, il avait rompu sa collaboration avec le Stade Rennais. Il était resté deux mois à chercher un point de chute. Et avait fini par rejoindre le championnat saoudien. Cela ne l’a pas empêché de rester le choix principal de Djamel Belmadi et amner l’Algérie au sacre à la CAN-2019. Trois ans après, il doit trouver un nouvel employeur. Le faire signer intéressait concrètement Khaleej FC.
Mais à se montrer trop gourmand, il a poussé le promu en Ligue 1 saoudienne à signer Douglas Friedrich (Brésil) pour garder les buts. Ainsi, M’Bolhi devra attendre qu’une autre piste se dégage. La course contre la montre est lancée. Surtout que la préparation d’intersaison a commencé un peu partout. Même s’il y a Anthony Andrea, retenu pour la première fois lors du stage de juin, qui pourrait être la relève dans les cages sur le moyen et long terme, il est évident que Belmadi compte énormément sur M’Bolhi. Pour qu’il puisse tenir sa place, il faudra qu’il finalise une arrivée dans un club le plus tôt possible.