Après tout, c’est un choix intime. Alors qu’il semblait un potentiel renfort de qualité et d’avenir pour l’attaque de l’équipe nationale, Amine Gouiri a écarté l’éventualité de jouer pour l’Algérie sur le court terme. Pour lui, priorité à la France. A partir de là, il peut définitivement tomber du carnet de Djamel Belmadi très intransigeant quand il s’agit d’investissement et d’engagement des joueurs. Que ce soit sur le plan physique ou mental.

Par Mohamed Touileb
Belmadi aura été clair. Il ne fait la cour à personne. Dès sa désignation, il a tenu à préciser que les portes des « Fennecs » sont ouvertes à tout footballeur qui se sent Algérien et qui peut extraire un S12. Binationaux ou locaux, il ne fait pas de distinctions. D’ailleurs, lors de la CAN-2019 qu’il a remportée en Egypte, il avait 5 joueurs de champ sur les 10 qui ont commencé leur carrière dans le championnat algérien.

Ambition… démesurée
De ce fait, on comprend que le driver des « Verts » n’est pas dans le recours et la dépendance maladive aux joueurs ayant été formés à l’étranger. Depuis un moment, les Aït Nouri, Charki, Gouiri et les autres reviennent sans cesse comme des éventuels renforts sur le court ou le long terme. Si certains d’entre eux préfèrent rester vagues et ne fermer aucune porte s’agissant de leur avenir international, le dernier nommé a ouvertement révélé qu’il vise l’équipe de France au détriment de l’Algérie.
«Forcément que les Bleus sont dans un coin de ma tête », a reconnu Gouiri. Le Niçois, auteur de 16 buts et 8 passes en 41 matches et bien que content que le compartiment offensif des « Bleus » et bien embouteillé, s’accroche à l’idée de pouvoir être appelé chez les champions du monde : « à moi de continuer de travailler, de tout mettre en œuvre pour y arriver, parce que parfois ça peut aller vite. Il y a une grosse concurrence aux postes de devant, mais peut-être que ma polyvalence m’aidera à l’avenir », note-t-il.

Belmadi lui avait montré de l’intérêt
En faisant cette déclaration, l’avant-centre de 21 ans a probablement fait avorter les dernières chances qui lui restaient pour porter la tunique d’ « El-Khadra » tant que Belmadi est aux commandes techniques. D’ailleurs, selon nos informations, le coach de l’EN l’avait approché en début d’année dans l’optique de le convoquer pour la date FIFA de mars.
Mais l’ancien sociétaire de l’Olympique lyonnais était plus motivé par l’idée de jouer l’EURO-2021 avec les « Bleuets » et les JO à Tokyo plutôt que de venir chez les Champions d’Afrique.
Cet épisode avait, vraisemblablement, fait tomber son nom définitivement des plans de Blemadi. Et même s’il y avait un bourgeon d’espoir pour qu’il y ait rebondissement, Gouiri vient de l’anéantir avec sa sortie médiatique dans laquelle il prête l’allégeance sportive à la France. Après tout, c’est son choix. Payant ou mauvais pour sa carrière, l’avenir nous le dira. n