La wilaya d’Alger a finalement autorisé le Front de libération nationale (FLN) à tenir sa réunion du Comité central, le mardi 23 avril, au Centre international des conférences (CIC). L’autorisation de la tenue de la réunion du CC du FLN a été délivrée au profit de Djamel Ould Abbès en sa qualité de Secrétaire général du parti, qui a déposé, mercredi dernier, sa demande auprès du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.

Par NADIA BELLIL
Dans les faits, la demande d’autorisation a été déposée auprès de la wilaya d’Alger au nom de trois membres du Comité central, en l’occurrence Nacer Bettiche, secrétaire de la Mouhafadha d’Aïn Oulman, Mustapha Kheloui, secrétaire de la Mouhafadha de Ras El Oued, et Aïssa Khellaf.
A l’ordre du jour du comité central figure un seul point, élection d’un nouveau secrétaire général du parti en remplacement de Djamel Ould Abbès. Hier, les membres du Comité central ont été appelés un à un par téléphone par Ould Abbès et ses collaborateurs pour les convier à la rencontre du CC. Contacté par nos soins, Mohamed Boumehdi a fait état d’appels de Ould Abbès qui a convoqué le CC : « C’est lui qui a déposé la demande d’autorisation et c’est lui qui est en train d’appeler, ce n’est pas moi ». Des membres du comité central, à l’instar de Madani Houd, ont expliqué, dans une déclaration à Reporters, que «Ould Abbès démissionnera de son poste de secrétaire général et on élira un nouveau ». Parmi les noms avancés par des sources proches du parti figurent notamment Ahmed Boumehdi, Mustapha Mazouzi ou encore Saïd Bouhedja. « Nous sommes en train de voir quels sont les cadres aptes à occuper le poste de secrétaire général en remplacement de Ould Abbès », nous explique-t-on. La convocation de cette réunion marque un tournant décisif dans la crise du FLN puisqu’elle met fin à la direction actuelle du parti, à la tête de laquelle se trouve Mouad Bouchareb. C’est en ce sens que Ould Abbès a court-circuité la préparation du congrès extraordinaire par l’équipe du président de l’Assemblée populaire nationale (APN) et précipite la chute de ce dernier.
Contactés par nos soins, les membres de l’instance exécutive de Bouchareb semblaient tétanisés par la prochaine réunion du Comité central et ont refusé de s’exprimer. Pourtant la veille, l’instance avait rendu public un communiqué dans lequel elle démentait catégoriquement les rumeurs autour de la démission de Mouad Bouchareb, précisant que « l’instance du parti exerce ses missions de façon normale et affirme de nouveau que les portes du parti demeurent ouvertes à tous les cadres et militants sans exclusion ou marginalisation ». A Reporters, Abderahmane Belayat a expliqué que « nous sommes toujours en place. Nous sommes en train de préparer le congrès de manière à associer l’ensemble des militants du FLN ».
Mais force est de constater que la donne a catégoriquement changé, hier, par l’octroi de l’autorisation de la rencontre du CC convoquée par Ould Abbès. Sachant que Bouchareb n’est pas membre du comité central, tout autant que bon nombre de son instance, à l’instar de Belayat, ce qui explique le désarroi de la direction. A suivre.<