Nabil Bentaleb était, on ne peut le nier, un des flops de l’Equipe nationale lors de la Coupe d’Afrique des nations 2017 (14 janvier – 05 février au Gabon). Beaucoup ont pointé du doigt le rendement de l’ancien sociétaire de Tottenham Hotspurs.

La frustration des fans de l’EN est décuplée quand ils le voient jouer avec Schalke 04 en Bundesliga (Allemagne). Samedi, il était derrière les deux buts de son équipe contre Herta Berlin (victoire 2-0). Pourquoi pour le Fennec, l’herbe est plus verte ailleurs ?

La qualité du joueur est indiscutable. L’intelligence pour lire le jeu, de la puissance et un coffre bien rempli, Bentaleb a la panoplie d’un joueur de grande classe. Après s’être révélé au monde du football sous les couleurs de Tottenham Hotspurs en Angleterre, l’international Algérien a connu un passe difficile à Londres où il a été placardisé par l’entraîneur Mauricio Pochettino. Une sanction due, en grande partie, à sa participation au match Algérie- Ethiopie (victoire 7 buts à 1) à Tchaker le 25 mars 2016 lors des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2017. A l’époque, son driver en club ne voulait pas qu’il soit de la partie parce que le « Spurs » était tout juste remis d’une blessure à la cheville. Manque de bol, Bentaleb a été touché au même endroit et a rechuté. La sanction est immédiate : il ne jouera plus à White Hart Lane. Son dévouement pour l’EN n’est donc pas sujet à contestation ou la susceptibilité. Le joueur de 23 ans n’a jamais joué avec le frein à main sous les couleurs nationales. La raison de son rendement est purement technique. Il a tout simplement été mal utilisé par le sélectionneur national qui l’avait chargé d’évoluer dans la récupération (milieu défensif) et loin du but adverse. Limité dans sa fonction, le milieu de terrain a semblé perdu. Dans ce poste, il n’avait pas cette liberté de laisser s’exprimer son potentiel. A Schalke 04, Bentaleb joue avancé. Parfois il se retrouve même dans la surface adverse. Un rôle de créateur avec plus de responsabilité et voilà que le natif de Lille est transfiguré. En 21 apparitions toutes compétitions réunies, il a marqué 5 buts et délivré 3 offrandes. En outre, contre le Nigéria, le 12 novembre dernier à Uyo, celui qui totalise 25 sélections avec « El-Khadra » était parvenu à inscrire la seule réalisation de l’équipe lors de la défaite 3 buts à 1. Une frappe imparable d’un Bentaleb qui s’est retrouvé dans un périmètre qu’il affectionne particulièrement. Par ailleurs, quand le team de la Ruhr allait mal, il l’a tiré vers le haut et grandement participé à son réveil. Cela en dit long sur les capacités mentales d’un pur « box to box player ». Pour son entraîneur Markus Weinzierl »Bentaleb est une valeur sûre ». Le technicien de l’actuel 11e du Championnat allemand trouve que son poulain « est revenu un peu frais de la CAN où il avait joué sous une chaleur avoisinant les 40 » avant de noter qu’« il a vite repris ses sensations en club, dès son retour de la Coupe d’Afrique, Bentaleb a joué face à Frankfurt et montré de très belles choses. Il s’est vite réadapté à la température des terrains européens. Son style de jeu nous convient très bien, il applique bien les consignes et je suis très content pour lui.» Nul n’est prophète en son pays.