Arrivé chez le FC Porto juste après la Coupe du Monde 2014 contre 6,5 millions d’euros en provenance de Grenade FC (Liga espagnole), Yacine Brahimi a attendu sa 4e saison pour décrocher une distinction collective en championnat avec la formation portugaise. S’il a déjà remporté la Coupe nationale en 2016, il s’était contenté du statut de vice-champion en 2015 et 2017. Pour cet opus 2017-2018, c’est le sacre qui attendait le « Guerrier du Sahara » et l’équipe 28 fois championne en Lusitanie.

A une journée du terme de la Liga Nos, les « Dragões », avec 85 points, ont définitivement mis fin au suspense en s’adjugeant un nouveau trophée. Derrière, les deux clubs de Lisbonne (Benfica et Sporting) ne peuvent plus les rejoindre en tête. D’ailleurs, les poulains de Sérgio Conceição, qui a connu sa première expérience sur le banc au Portugal après une pige chez le FC Nantes (France) lors du défunt exercice, étaient officiellement champions sans jouer. C’était à l’issue du derby lisboète qui n’a pas connu de vainqueur.

Meilleure saison sur le plan personnel

Dimanche soir, le FC Porto a profité de la réception de Feirense pour s’imposer 2 buts à 1 et fêter concrètement le triomphe avec leur public. Comme un symbole, c’est Yacine Brahimi qui a inscrit le second but à la 59e minute après l’ouverture du score signée Sérgio Oliveira (37’). Au terme de la partie, le Fennec a réagi en déclarant : « Dans notre stade, après une victoire, le titre a forcément plus de saveur. Je n’ai pas de mots pour décrire ce que je vis. Grâce à dieu j’ai pu inscrire un but, mais le plus important aujourd’hui était de remporter la victoire.»
Il faut dire que la réalisation de l’Algérien est loin d’être anecdotique. En trouvant le chemin des filets pour la 8e fois cette saison, Brahimi vient d’acter sa meilleure saison sur le plan « statistiques » avec les « Azuis e brancos » (Bleu et Blanc). Sa meilleure performance numérique datait de la saison dernière lorsqu’il a planté 7 banderilles. Le milieu de terrain offensif de 28 ans a aussi distillé 7 passes décisives en championnat contre une en Coupe et une autre en Ligue des Champions où il a fait mouche à une reprise dans chacune des deux épreuves. Au total, il compte 10 pions et 9 offrandes toutes compétitions réunies.

Conceição l’a sublimé

Avec un contrat qui expire en juin 2019, les performances réalisées par le numéro 8 de l’équipe nationale devraient inciter le club à le prolonger à la première occasion. Si le Dz a su dépasser la période difficile qu’il a connue sous la coupe de Nuno Espiirito Santo avec une relation qui était très compliquée , la venue de Sergio Conceiçao a changé la donne et lui a redonné l’envie de jouer à son meilleur niveau. «L’année dernière, c’était un peu compliqué, je devais partir, je ne suis pas parti. Je me suis retrouvé dans une situation un peu difficile, hors du groupe pendant tout le mois d’août. Comme ça ne s’est pas fait, je devais revenir à Porto. Pendant quatre mois, je n’ai pas joué.
Ensuite, j’ai effectué mon retour en Ligue des Champions, contre Leicester et je ne suis plus sorti de l’équipe », avait témoigné l’ancien joueur de Granada FC (Espagne) en reconnaissant que « cette saison, ça se passe bien. Je travaille avec un super entraîneur. Il est très perfectionniste, très dur. Avec lui, il ne faut pas avoir peur de beaucoup travailler, beaucoup s’entraîner parce qu’il est très exigeant. Il dit les choses face-à-face. Il a une relation d’homme à homme avec chaque joueur et je pense que c’est ça qui fait que le groupe est plus en confiance ». C’était en avril dernier. Un moins plus tard, voilà les deux hommes sacrés champions. Sacré complicité qui devrait être rallongée !