Le laboratoire danois Novo Nordisk, spécialisé dans les traitements contre le diabète, a répondu aux accusations de lobbying et de spéculation du ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed.

Par Sihem Bounabi
Dans un droit de réponse, le laboratoire pharmaceutique affirme que «c’est avec stupéfaction que Novo Nordisk Algérie a pris connaissance, en date du 27 avril 2022, dans le numéro publié par Santé News.DZ d’une vidéo comportant des allégations qu’elle conteste par le présent communiqué droit de réponse, conformément aux dispositions de la loi sur l’information». Ajoutant que «Novo Nordisk Algérie conteste vivement l’intégralité de ces allégations. Novo Nordisk Algérie jouit d’une notoriété et réputation exemplaires bâties sur des principes ainsi que des valeurs de transparence et d’éthique».
Le laboratoire danois tient également à préciser que «Novo Nordisk est présent en Algérie depuis 86 ans et ne cesse de développer ses investissements, notamment industriels, avec deux sites de production. A cet égard, l’Algérie est un des rares pays dans le monde à bénéficier d’un tel transfert de production de notre groupe». Insistant sur le fait que «Novo Nordisk Algérie est au service des patients en mettant à leur disposition et celle des professionnels de la santé des solutions thérapeutiques innovantes pour lesquelles l’information médicale est partagée de façon fiable et documentée pour leur bon usage». Concluant que «dans ce cadre, Novo Nordisk Algérie ne s’autorise aucun compromis sur la qualité, l’utilisation et la promotion éthique de ses produits et fait preuve d’une vigilance toute particulière sur le respect de ses engagements conformément à la législation et la réglementation en vigueur».
Pour rappel, le ministre de l’Industrie pharmaceutique avait pointé du doigt dans un entretien diffusé sur le site Santé News le comportement de certains lobbies internationaux pharmaceutiques, en citant nommément le laboratoire danois et précisant à propos de Novo Nordisk, que «nous leur avons donné un programme d’importation de 3 millions d’unités et, depuis qu’a commencé l’importation, il nous ont livré de 100 000 à 200 000 boîtes, ce qui crée une tension et des formes de peur de rupture chez les patients et même les pharmaciens étaient dans l’incompréhension». Soulignant qu’«habituellement, quand il y a un programme d’importation signé normalement il y a des perturbations sur le marché, mais c’est le contraire qui s’est produit. De plus, le laboratoire a pratiqué une forme de politique de spéculation». Lotfi Benbahmed a supposé que cette pratique spéculative du laboratoire international est peut-être due au fait qu’«en tant que premier client au niveau du continent africain, nous avons exigé une baisse des prix car les prix pratiqués en Algérie par ce laboratoire étaient plus élevés que ceux pratiqués dans d’autres pays, à l’instar de la Tunisie. De plus, ce laboratoire a fait des pressions et des entraves sur sa collaboration avec Saidal». Il enchaîne que c’est pour toutes ces raisons que nous avons convoqué les représentants de ce laboratoire et nous lui avons donné un avertissement et il y a une proposition de sanctions financières.
En même temps, nous sommes en train d’enregistrer les bio similaires afin de sortir de cette forme de monopole de ce type de lobby», insistant sur le fait que «face à ce type de lobbying, l’Algérie ne baissera pas la tête». <