Dans le même sens que la déclaration faire par le Président de la République Abdelmadjid Tebboune, qui a indiqué que lui et son équipe pensent aux plans à suivre après le COVID-19, le Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) a indiqué, hier, être en train d’« étudier les différentes options » pour reprendre les compétitions nationales.

Le déconfinement sportif n’est pas d’actualité pour le moment. Mais le MJS anticipe déjà les choses en étudiant les différents scénarios possibles et qui dépendront grandement de l’évolution de la propagation du Coronavirus. Maîtriser la pandémie est une condition principale pour que le sport algérien, à l’arrêt depuis la mi-mars, reprenne ses droits.
En tout cas, le ministre Sid Ali Khaldi et son équipe travaillent dans cette optique pour être parés à toutes les éventualités. « Une réunion de coordination avec les directeurs généraux et cadres centraux du secteur, pour faire la lumière sur l’avancement de plusieurs dossiers d’actualité », a écrit le MJS dans un communiqué publié sur sa page Facebook en précisant que « l’étude des différentes options pour la reprise du calendrier des compétitions sportives après la levée du confinement » était au menu.
Ceci intervient une semaine après que la Fédération algérienne de football (FAF) et la (LFP) ont tenté de faire passer leur plan de reprise auprès du département de l’Etat. Pour rappel, le dimanche 10 mai, une tripartie MJS – FAF – LFP, à laquelle Sid-Ali Khaldi, convoqué pour le Conseil des Ministres, et Kheireddine Zetchi (patron de la FAF), n’ont pas pris part. Seul Abdelkrim Medouar, boss de la LFP, était présent. Il s’est réuni avec le SG du MJS, celui de la FAF mais aussi un représentant du Centre national de médecine du sport (CNMS) ainsi que le médecin fédéral, le Dr Djamel-eddine Damerdji.

Aucune garantie
D’ailleurs, ce dernier avait révélé que « le championnat ne se poursuivra pas avant la levée du confinement et la décision finale reviendra au Ministère de la santé. On s’est concerté avec la commission médicale au niveau du CNMS sur les démarches à suivre en cas de reprise. Il y aura des méthodes d’entraînements spécifiques à adopter.»
De son côté, Medouar insisté sur le fait qu’ «il n’est pas question d’arrêter le championnat et qu’il compte aller au terme de l’exercice 2019-2020. Même si cela se fera en novembre.» C’est pour dire que cette réunion au sein du MJS n’est en rien un gage ou un signe d’une relancement imminent de la saison sportive 2019-2020 dont la mise sous cloche devrait encore durer quelques semaines. Sans attendre le verdict du MJS, certaines fédérations comme la natation et le rugby ont déjà annoncé l’arrêt définitif des épreuves de l’opus en cours.
Pour rappel, le confinement décrété par les autorités court jusqu’au 31 du mois en cours. Rien ne garantit sa levée après cette date butoir. Surtout que le nombre des cas positifs n’est pas sur une courbe descendante. Les données virologiques ne permettent, pour l’instant, pas d’envisager un retour à la normale avant juin prochain au minimum. Evolution à suivre de manière attentive tant le pronostic vital de la séquence 2019-2020 reste engagé.<