Par Mohamed Touileb
C’était le trophée qui lui manquait. Et il est allé le chercher. Lionel Messi a été l’acteur majeur du sacre de l’Argentine en Coupe du monde 2022 au Qatar. Dimanche, le dépositaire du jeu a offert la troisième étoile à l’« Albiceleste » après 36 ans d’attente. Lui aussi a longtemps patienté avant de soulever la distinction internationale suprême. Et il l’a fait en évinçant la France qui était détentrice du titre.
Il était attendu. Il n’a pas manqué le rendez-vous. La « Pulga » a mis un doublé contre la France pour contribuer activement à la consécration des Argentins. Certes, le « Tango » a dû passer par la séance des tirs au but dans laquelle le septuple Ballon d’or a transformé la première tentative tout en maîtrise. Celle qu’on lui a toujours connue.

Des stat’s qui confirment l’hégémonie
Même si en face, il y avait la fougue de Kylian Mbappé, qui a planté un retentissant triplé, Léo est sorti vainqueur de la bataille ultime puisqu’il avait annoncé que c’était son dernier match en Coupe du monde. Et quel Mondial ce fut pour lui puisqu’il a marqué à chacun des 4 matchs à élimination directe contre l’Australie, les Pays-Bas, la Croatie et la France pour finir. Aucun joueur n’avait réussi cet exploit.
C’est pour dire que l’emblématique numéro 10 du FC Barcelone est à mettre dans la catégorie de l’inégalable et injouable. Aussi, il est le footballeur qui a joué le plus de matchs dans le tournoi planétaire avec 26 apparitions. Ce dimanche, il dépassait Lothar Matthäus (Allemagne) qui en compte 25. Mais ce n’est pas tout. Grâce à son doublé, il devient le joueur impliqué sur le plus de buts (21 avec 13 pions et 8 offrandes) sur les 22 éditions de CDM. L’ensemble de son œuvre lui a valu le Ballon d’or du meilleur joueur du tournoi.

Di Maria et Martinez en apôtres
Clairement, le sextuple Soulier d’or européen aura marqué la séquence 2022 de son empreinte. Dans sa quête, il a pu compter sur Angel Di Maria, qui a provoqué le péno pour ouvrir le score et fait le break, et Emiliano Martinez, auteur d’une parade salvatrice (120’+3) lors de cette finale. Par ailleurs, on notera que le premier nommé était le buteur en finale de Copa America 2021, l’autre ligne qui manquait au palmarès désormais inégalable de LM10.
En remportant la Coupe du monde, le merveilleux gaucher a probablement «tué le game» comme on dit. Que ce soit en club ou en sélection, il n’a plus rien à remporter. A 35 ans et demi, le natif de Rosario a déjà tout vécu pour rester éternel. Il peut même être promu à la classe divine où l’on retrouve Diego Maradona qu’on pensait intouchable. Quelle carrière et quel honneur d’avoir vécu son ère avec ses dribbles déroutants, ses coups francs délicieux et ses passes laser ! Messi (173 capes pour 96 buts et 53 passes décisives), c’est stellaire. C’est la constellation et l’aboutissement. n