Il a été contraint de revoir ses ambitions footballistiques à la baisse. L’aventure de Djamel Benlamri en Europe aura tourné court. Après avoir rejoint l’Olympique lyonnais en octobre dernier, le défenseur central algérien n’a pas pu s’imposer dans l’effectif professionnel. A partir de là, il s’est retrouvé dans l’obligation de choisir une nouvelle destination. La boussole l’envoie du côté du Golfe. Au Qatar SC plus précisément.

Par Mohamed Touileb
Le contrat avec les «Gones» expire aujourd’hui à minuit pour Djamel Benlamri. Naturellement, la prolongation du bail n’est donc pas envisageable sur le plan sportif tant le «Fennec» n’a pas connu un passage réussi avec un temps de jeu très faible.
Belmadi l’a soutenu mais averti
Au total, il n’aura passé que 301 minutes sur les pelouses françaises. Cela a impacté sur sa forme et sa compétitivité. Sa place en sélection pouvait être menacée. Mais Benlamri a pu compter sur Djamel Belmadi qui l’a appelé à tous les stages de l’EN exceptée la date FIFA d’octobre quand il venait de signer avec les Rhodaniens. La raison est que le coach de l’Algérie l’a trouvé «impérial, presque imbattable. Il est dans le rythme et est resté fit physiquement.»
N’empêche, le driver des «Verts» n’a pas manqué d’envoyer un avertissement crypté à son protégé. «J’encourage le départ de mes joueurs vers l’Europe oui, mais il faut qu’ils jouent. Si c’est pour que ça se termine comme Djamel Benlamri, qui est parti à Lyon sans y jouer, ça ne sert à rien», a-t-il estimé en faisant constater que «son manque de temps de jeu est un problème, il doit jouer tous les week-ends. Il doit se trouver un point de chute le plus rapidement possible. C’est une saison à oublier pour lui.»
Benlamri s’est donc exécuté pour sauver sa place chez les «Guerriers du Désert». Il aura essayé de relever un défi en Europe. Cela est arrivé quelque peu tardivement sachant qu’il a 31 ans. Il y a quelques jours, il avait révélé qu’il allait «quitter Lyon à 100%. J’ai des contacts avec des clubs qataris comme le Qatar SC, d’Arabie Saoudite, de clubs français et turcs. Je ferai ce qui est le mieux pour moi et l’équipe nationale.»
Avec la petite communauté Fennecs
Le retour dans la péninsule arabe est donc la piste de prédilection pour celui qui avait déjà joué en Arabie saoudite avec Al-Shabab Riyad avant de rallier la France. Cette fois, c’est le Qatar qui devrait l’accueillir. Là-bas, il retrouvera nombreux compatriotes et coéquipiers en sélection à l’instar de Bounedjah, Guedioura mais surtout Belaïli qu’il devrait côtoyer en club.
Ce transfert devrait lui permettre de maximiser son temps de jeu et avoir une belle prime à la signature puisqu’il signera libre. Il y aura aussi un bon salaire à la clé qui ne sera certainement pas inférieur à ce qu’il percevait avec les Lyonnais. Le tout en préservant ses chances de rester dans le plans de Belmadi à l’approche de la CAN-2021 et la les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 qui débutent en septembre. n