Le Conseil des ministres a fixé hier un nouvel horaire au confinement nocturne dans les villes et les régions les plus durement touchées par la propagation du coronavirus et son variant Delta. Pendant dix jours, les activités humaines non essentielles et la circulation seront fermées de 20 heures à 6 heures du matin pour 35 wilayas dès aujourd’hui lundi.

PAR INES DALI
Comme il fallait s’y attendre, et suite aux appels des professionnels de la santé à un retour au confinement après la flambée de la pandémie de Covid-19 et le record des cas, la décision de réaménager les horaires de confinement partiel à domicile de 20h00 à 6h00 à partir d’aujourd’hui pour une période de 10 jours dans 35 wilayas a été prise hier, lors de la réunion du Conseil des ministres. L’accélération de la vaccination a été l’autre point sur lequel l’accent a été mis.
«Le président de la République, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune, a ordonné, dimanche, lors de la réunion du Conseil des ministres, le retour du confinement partiel à domicile de 20h00 à 6h00 dans les wilayas les plus affectées par le coronavirus (Covid-19)», peut-on lire dans un communiqué de la présidence ayant sanctionné ladite réunion.
Il s’agit des wilayas d’Adrar, Laghouat, Oum El Bouaghi, Batna, Béjaia, Biskra, Béchar, Blida, Bouira, Tébessa, Tlemcen, Tizi Ouzou, Alger, Jijel, Sétif, Sidi Bel Abbes, Guelma, Constantine, Mostaganem, M’Sila, Mascara, Ouargla, Oran, El Bayadh, Boumerdès, Tindouf, Tissemsilt, El Oued, Khenchela, Souk Ahras, Tipasa, Naâma, Ain Temouchent, Relizane et Ouled Djellal, est-il détaillé dans un autre communiqué du Premier ministère. Les walis peuvent, après accord des autorités compétentes, prendre toutes mesures qu’exige la situation sanitaire de chaque wilaya, notamment l’instauration, la modification ou la modulation des horaires, de la mesure de confinement à domicile partiel ou total ciblé d’une ou de plusieurs communes, localités ou quartiers connaissant des foyers de contamination, est-il précisé.
La décision d’un retour au confinement était attendue voire revendiquée, depuis quelques jours déjà, par les spécialistes qui voient défiler devant leurs yeux les malades dont la prise en charge devient de plus en plus difficile et compliquée. Dans leurs arguments d’un retour au confinement, ils ont mis l’accent sur la crainte de voir s’effondrer le système sanitaire algérien, comme ce fut le cas dans d’autres pays.
La situation actuelle exige une campagne de vaccination massive, cela d’autant que l’Algérie a encore reçu une importante quantité de vaccin (2,4 millions de doses du vaccin chinois Sinovac) vendredi dernier. A ce titre, le Président Tebboune a donné «instruction à l’effet d’augmenter davantage le taux de vaccination dans les wilayas à forte densité de population, en tant que premières sources d’infection, et de fixer un objectif immédiat de vacciner 2,5 millions de personnes dans la capitale et 50% de la population des wilayas d’Oran, Constantine, Sétif et Ouargla», est-il indiqué dans le même communiqué.
Il s’agit, également, selon la même source, de «parachever le processus de vaccination des personnels administratifs, au niveau national et local», et de «porter la prévention au plus haut niveau, notamment dans les espaces commerciaux clos, considérés comme première source d’infection». Toujours à propos de la vaccination, le chef de l’Etat a «salué l’engouement des citoyens» quant à cette opération qui constitue «un acte devant concourir à parvenir à une immunité collective», comme il a donné instruction de «doubler les opérations de sensibilisation à grande échelle, à travers les médias, afin d’augmenter le taux de vaccination au niveau national». Autre décision, la suspension de l’activité de transport urbain et ferroviaire des voyageurs durant les week-ends dans toutes les wilayas concernées par le confinement partiel. En matière d’activités sociales et économiques, le gouvernement a décidé la fermeture des activités qui se caractérisent par une forte concentration de la population et qui présentent un risque évident de contamination. Il s’agira, dans un premier temps, des activités suivantes :
des marchés de ventes des véhicules d’occasion; des salles omnisports et les salles de sport ; des maisons de jeunes ; des centres culturels.
Ainsi que le retour à la limitation à la vente à emporter uniquement des activités des cafés, restaurations, fast-food et espaces de vente de glace.

Le variant Delta prédominant à 71% en Algérie
Le variant Delta a pris de la vitesse. Il se trouve maintenant en tête des variants circulant en Algérie, selon l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA). «A partir de la première semaine de juillet, une accélération de l’activité du variant Delta a été enregistrée», a noté l’IPA dans un communiqué rendu public hier.
«Au 15 juillet dernier, la variant Delta a supplanté tous les autres variants circulants jusque-là, représentant 71 % des virus en circulation. Nous prévoyons un taux supérieur à 90 % dans les semaines à venir», a ajouté l’IPA, confirmant, ainsi, la crainte des spécialistes de voir ce variant devenir de plus en plus prédominant. D’autres détails relatifs à la circulation des variants seront communiqués très prochainement, a précisé l’Institut Pasteur, rappelant qu’il est «plus qu’impératif de rester vigilant et de respecter strictement les règles de base», à savoir les gestes barrières que sont le port du masque, distanciation physique et lavage fréquent des mains, afin de limiter la propagation du virus et ses variants.