Cinquième match, cinquième onze différent et, surtout, un ticket de qualification en finale de la Coupe d’Afrique des nations 2017 (14 janvier – 05 février au Gabon). Hugo Broos a réalisé, avec le Cameroun, un parcours sensationnel.

Il faut dire que rares sont ceux qui imaginaient que les «Lions Indomptables» joueraient pour brandir le trophée au terme de cette 31éme phase finale. Surtout après les forfaits de sept joueurs clés dans l’échiquier camerounais parmi lesquels on citera les Eric Choupo-Motting, André Zambo Anguissa ou Joël Matip pour les plus prestigieux. Ajouté à cela, les rapports tendus entre les supporters et la sélection après les récurrentes histoires de primes qui reviennent à chaque rendez-vous important. C’est avec une équipe « revisitée » que le driver Broos, passé déjà par le championnat d’Algérie où il a coaché la JS Kabylie et le NA Hussen-Dey, a entamé l’aventure gabonaise. Pas de certitudes ni de constances. Pour preuve, le technicien belge n’a jamais aligné la même composante lors des 5 sorties dans le tournoi africain. Une recette un peu spéciale qui semble, tout de même, être du goût de la dame coupe qui aime, manifestement, les menus variés. Il est clair qu’on ne peut pas y voir du génie technico-tactique puisque les Camerounais ne présentent pas un réel fond de jeu. C’est plus un groupe qui est solidaire sur le rectangle vert. Et cela compense grandement le manque d’expérience. Spécialement quand on sait que 14 des joueurs retenus pour ce rendez-vous dispute la CAN pour la toute première fois. A chaque entraînement, les coéquipiers du portier Fabrice Ondoa, qui brille depuis le début de la compétition, c’est tout le monde qui se sent responsable et s’attend à se voir offrir la chance de rentrer sur la pelouse et apporter sa contribution durant la partie. Après avoir manqué l’édition de 2013 et essuyé une élimination sans gloire dès le premier tous, il y a 2 ans en Guinée Equatoriale, les quadruples champions d’Afrique sont sur le point de signer une résurrection pour revenir sur le devant de la scène du football africain. Le rêve vient suppléer les années de tourmente. « C’est un rêve pour nous d’aller en finale !» a déclaré Broos après la retentissante qualification acquise au détriment du Ghana jeudi soir (victoire 2 buts à 0). Pour leur part, ses poulains savent que cette présence en finale vient soigner l’éloignement affectif avec le peuple camerounais. « Il y a eu un désamour entre l’équipe nationale et ses supporters et ça été difficile. Aujourd’hui nous sommes fiers de redonner de la joie et cela passait forcément par des performances sur le terrain», a estimé l’attaquant Benjamin Moukandjo. Pour lui et ses camarades, il s’agit maintenant d’aller au bout. Ils peuvent compter sur un esprit d’équipe irréprochable. Serait-ce suffisant pour charmer l’Afrique de nouveau? On le saura demain après l’opposition contre l’Egypte prévue au stade d’Angondjé (Libreville) à 20h00.