C’est la meilleure équipe en Afrique qui représentera le continent lors de la prochaine Coupe des Confédérations prévue en Russie l’été prochain (17 juin – 2 juillet). La mini-Coupe du Monde avant le gigantesque tournoi en 2018 pour lequel le Cameroun est toujours en lice. Des souvenirs, les Camerounais en gardent de cette compétition.

Des bons, avec la finale jouée en 2003 face à la France. Mais aussi des très mauvais et traumatisants car, lors de l’édition française, ils ont perdu un joueur qui a laissé son âme sur le terrain : Marc Vivian Foé. Le 26 juin 2003, en demi-finale contre la Colombie, le joueur s’écroule dans le rond central. Le sociétaire de Manchester City à l’époque est victime d’un malaise. Inanimé, les yeux révulsés, il est, dans la foulée, évacué, de manière maladroite, vers l’antenne médicale du stade. Le médecin de la FIFA, Alfred Müller, annonce l’effroyable nouvelle après un massage cardiaque qui a duré 45 minutes. Foé est mort. Son fantôme planera toujours. La lenteur des secours, l’inadéquation de la prise en charge médicale avec les recommandations internationales sur les gestes élémentaires de survie, les contraintes du règlement de la FIFA et, peut-être, l’absence de matériel adéquat (masque à oxygène, défibrillateur cardiaque) sont avancés comme hypothèses pour cette disparition brutale. Une note dramatique dans un parcours historique des «Lions Indomptables». Le Cameroun était la première nation africaine à disputer une finale de Coupe des Confédérations. Personne n’a réussi à faire mieux même si la Côte d’Ivoire (1992), le Nigéria (1995) et l’Afrique du Sud (2009) avaient réussi à figurer dans le carré d’as. Dans cinq mois, les désormais quintuples champions d’Afrique tenteront de faire aussi bien que la génération M’boma. Les coéquipiers de Vincent Aboubakar seront reversés dans une poule «B» où figurent l’Allemagne (championne du Monde 2016) et le Chili (détenteur de la Copa América 2015 et la Copa América Centenario 2016) outre l’Australie qui a remporté la Coupe d’Asie 2015. Quatorze années après la dernière participation à la CDM version miniature, les dignes héritiers de Rigobert Song, qui a eu plus de bol que Foé échappant à la faucheuse récemment des suites d’un AVC, seront sous les feux des projecteurs du football international. Les habits de lumières, cette sélection y est habituée comme le prouvent les 6 participations sur les 7 dernières éditions de la messe planétaire. Après la date russe de 2017, la sélection aux 5 étoiles tentera de se qualifier au Mondial pour la 8e fois de son histoire dans une poule où figurent le Nigéria et l’Algérie deux autres Mondialistes. Tant de défis qui attendent Benjamin Moukandjo et consorts dans les mois à venir. Un passé et un nouveau statut à défendre. Avant cela, il y aura l’Afrique à représenter. A la lumière de ce que cette équipe a montré, ce ticket prestigieux est mérité pour des « Lions» insatiables.