Rien ne va au MC Alger suite à la sortie de route en Ligue des Champions CAF concédée mardi face à l’ES Sétif. Bon dernier du groupe «B», le «Doyen» a vu son Conseil d’administration (CA), présidé par Mohamed Hireche, réagir dès jeudi.

 

Une réunion extraordinaire a été tenue. Bernard Casoni, désormais ancien entraîneur du Mouloudia, et Kamel Kaci-Saïd, qui occupait le poste de Directeur sportif, ont été démis de leurs fonctions. C’est Abdelmoumen Ould-Kaddour, P-GD de la Sonatrach (propriétaire du MC Alger), s’est chargé, en personne, d’avaliser ces décisions. Il y avait déjà de l’eau dans le gaz à la maison mouloudéenne après un été compliqué en Champions League CAF. Lors du match décisif face à l’Entente pour la qualification en quarts de finale de la C1, le club jouait gros. En plus du ticket qualificatif, le driver Casoni avait misé sa tête. Kaci-Saïd aussi. La mission était simple : passer ou être remercié. Malheureusement, le scénario catastrophe s’est produit et les « Vert et Rouge » ont dit adieu au tournoi africain qui était un objectif majeur. Après la rencontre perdue contre le « Wifak », Casoni savait qu’il avait fragilisé, un peu plus, sa position. «Je pense que mes joueurs ont tout donné, et c’est l’expérience des joueurs de l’ESS qui a fait la différence dans cette rencontre. L’ESS était mieux organisée que notre équipe et cela grâce à l’expérience de ses joueurs. Je pense que nous sommes tous responsables de cet échec», avait-il précisé ajoutant : « A mon avis, on méritait mieux, car la seule rencontre où nous sommes passés à côté, c’est bien celle d’El Jadida. On joue bien à chaque fois, mais ce manque d’efficacité nous pénalise. On doit maintenant penser au long parcours qui nous attend, à savoir le championnat, la Coupe arabe et la Coupe d’Algérie».

Pas de nouveau sursis
Le technicien français n’imaginait donc pas que ce couac sera rédhibitoire pour son job. Lui qui a déjà survécu à l’élimination en demi-finale de la Coupe de la Confédération CAF la saison dernière face au WA Casablanca, vainqueur du tournoi plus tard.
A l’époque, la direction l’avait maintenu au poste. Le fait que le team algérois jouait pour un éventuel doublé (Coupe d’Algérie – Championnat) y était pour beaucoup dans ce sursis. Cette fois, il n’y avait pas d’immunité pour l’ancien coach du FC Lorient. La porte de sortie lui a été indiquée. Surtout que l’entame en championnat d’Algérie n’a pas été jugée suffisante en dépit d’avoir décroché 4 unités sur 6 éventuelles. Ainsi, Casoni ne sera pas sur le banc ce soir contre l’ES Sétif pour essayer de prendre une revanche sur l’Entente.
C’est Reda Babouche qui devrait assurer l’intérim. Avec le même effectif que celui de la saison écoulée, Casoni n’a pas pu instaurer la dynamique qui avait permis à Derrardja & cie d’impressionner lors de la 2e moitié de l’exercice 2017-2018. Y-a-t-il eu désolidarisation des joueurs ? Hachoud a tenu à réfuter cette hypothèse. « On a vu que des rumeurs ont circulé à propos de notre convocation au siège de la Sonatrach.
Certains pensent que c’est Bernard Casoni qui s’est plaint de nous, mais je tiens à leur dire que c’est complètement faux. Le coach n’a rien dit sur nous, et de notre côté on n’a rien dit sur notre coach. On ne sait vraiment pas comment ces rumeurs ont circulé, mais encore une fois je tiens à dire que c’est complètement faux », a précisé le latéral droit.
Ce qui est sûr, c’est que Casoni ne coachera plus le « Doyen » et Kaci-Saïd ne sera plus aux affaires managériales. Reste à savoir si ça la rupture des contrats des deux hommes fera redresser la courbe…