Le Front de libération nationale (FLN) tiendra, aujourd’hui, à Alger son comité central. Ce rendez-vous, très déterminant pour l’avenir du parti, est des plus atypiques. Et pour cause. Il a été convoqué par Djamel Ould Abbès, un secrétaire général censé avoir démissionné de son poste depuis six mois. L’atypie de ce CC du FLN se décline tout autant par le fait que la direction du parti, représentée par Bouchareb, n’avait pas eu la possibilité de réunir cette instance. Pire, Mouad Bouchareb, coordinateur de l’instance dirigeante du parti, a même contesté la décision de la wilaya d’Alger d’accorder à Djamel Ould Abbès l’autorisation de réunir le comité central en introduisant un recours. L’atypie ne s’arrête pas là. Elle se décline tout autant à travers la multiplication des candidatures au poste de secrétaire général du FLN. Ayant pour seul ordre du jour l’élection d’un nouveau secrétaire général en remplacement d’Ould Abbès, le comité central d’aujourd’hui se caractérise par près de 30 postulants qui se disputent le poste : «Tout le monde est candidat au poste de secrétaire général du FLN», avait répondu ironiquement un membre du CC à la question de savoir qui sont les principaux postulants au poste de premier responsable du parti ? Parmi les candidats figurent Rachid Assas, Mustapha Mazouzi, Saïd Bendaïda, Saïd Bouhadja, Abdelhamdi Si Affif, Mohamed Djemaï, Fouad Sebouta et Badji Abou El Fadl. Mais le candidat le plus favorisé dans cette course semble être Saïd Bouhedja, selon plusieurs membres du comité central interrogés par Reporters. «Bouhedja, c’est le plus ancien parmi eux, il a un parcours respecté par les militants mais pas seulement. Bouhedja ne traîne pas de casseroles, c’est un militants propre», nous explique-t-on. C’est dans cette optique que ses supporteurs ont mené trois jours durant une campagne en faveur de sa candidature. L’atypie de ce comité central s’exprime également par le boycott de certains militants dont les plus en vue sont Hocine Khaldoun, porte-parole de l’instance exécutive, et Abdelwahab Benzaïm, sénateur d’Alger. «Je refuse d’assister à un comité central convoqué par Ould Abbès que j’appelle à démissionner de son poste de secrétaire général et de ne pas assister aux travaux du CC», a indiqué Khaldoun dans une déclaration à Reporters. De son côté, Abdelouahab Benzaïm a adressé une lettre au ministre de l’Intérieur où il l’interpelle concernant l’autorisation accordée à Djamel Ould Abbès. Le sénateur parle du
«conflit judiciaire que la justice n’a pas encore tranché». «Est-il possible que les services de la wilaya reçoivent une demande le vendredi 19 avril, un jour de repos, et délivrent l’autorisation le samedi 20 avril ?», lit-on dans sa missive. Tout en faisant observer que «Djamel Ould Abbès a démissionné depuis six mois et qu’une instance officielle gère le parti jusqu’à la tenue de son congrès», Benzaïm dit ne pas comprendre que le ministère de l’Intérieur ait délivré l’autorisation de la tenue du CC. De son côté, Mouad Bouchareb ne veut pas lâcher prise. Il prépare, selon nos sources, «une sortie qui risque de remettre en cause le CC d’aujourd’hui». A suivre.