Le Directeur général de la Protection civile (DGPC), le colonel Mustapha El Habiri, a inspecté lundi le déroulement des exercices internationaux de simulation d’un séisme EU-AL SEISMEEX 2018 (Europe-Algérie Séisme Exercices) dans la wilaya de Bouira, où il a appelé ses unités à tirer profit de cet évènement d’envergure auquel participent cinq pays européens.

Le colonel El Habiri s’est rendu sur les sites de la base de vie d’El-Asnam, où il a visité les différents services et structures ainsi que les matériels installés sur les champs de manœuvres. Sur place, il a assisté à un exercice d’évacuation de victimes coincées à l’intérieur de bâtiments partiellement effondrés. Concernant le déroulement de ces exercices, Mme Irika Conté, une représentante et membre de la commission européenne, qui supervise les manœuvres auxquelles prennent part la France, le Portugal, la Pologne, l’Espagne et l’Italie ainsi que la Tunisie, a déclaré devant le colonel El Habiri que les manœuvres se déroulaient dans « de bonnes conditions ». « Nous apportons notre soutien aux différentes unités et modules algériens et européens engagées sur le terrain pour le sauvetage et la prise en charge des victimes de cette catastrophe », a-t-elle poursuivi. Au cours de sa visite à la base de vie d’El-Asnam, le colonel El Habiri a souligné l’importance que revêtent ces manœuvres internationales lancées depuis le 14 avril dans la wilaya de Bouira dans le cadre d’une simulation d’un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. « L’exercice est très important car il constitue une occasion de former et d’adapter nos unités à l’intervention en situations d’urgence et de catastrophes naturelles », a indiqué le Directeur général de la Protection civile à l’APS. « L’intérêt de ces exercices réside également dans l’expérience que nos unités de la Protection civile vont acquérir pour développer leurs capacités d’intervention et de coordination en cas de risques majeurs », a-t-il ajouté. En outre, le colonel Mustapha El Habiri a expliqué que « l’Algérie avait mis tous les moyens nécessaires pour la réussite de ces exercices qui s’étaleront jusqu’au 18 avril en cours ». A l’intérieur de la base, plusieurs structures de santé, de soutien logistique, ainsi que des bureaux d’observateurs et experts internationaux ont été installés, alors que sur les sites d’intervention, des équipes, menées par celles de la sécurité civile française, poursuivaient leurs exercices d’évacuation des victimes et des blessés. De gros moyens matériels de technologie moderne sont utilisés dans ces manœuvres notamment dans l’évaluation des dégâts, ainsi que l’ampleur du risque d’une rupture du barrage de Tilesdit situé dans la commune voisine de Bechloul. Depuis la matinée, les différentes unités d’intervention sont mobilisées et dépêchées sur les lieux pour apporter de l’aide aux unités algériennes sur le terrain depuis le premier jour. Sept sites ont été désignés pour abriter ces exercices. A Bechloul et à El-Asnam, les opérations de sauvetage et d’évacuation s’effectuaient avec rapidité et justesse sous les yeux des observateurs internationaux, venus de la République tchèque, de Slovaquie, d’Allemagne et de Belgique. (APS)