Ses membres ne sont pas nombreux, il ne fait pas la UNE des journaux, mais il fascine les « conspirationistes » : le Bilderberg, le club le plus fermé du monde. Ce jeudi, se déroulera, dans la ville suisse de Montreux, sa réunion annuelle. Elle durera quatre jours et rassemblera « environ 130 participants de 23 pays » qui « ont confirmé leur participation » selon le communiqué du club repris par plusieurs médias. Parmi les personnalités politiques de cette année il y aura plusieurs ministres, conseillers de présidents, chefs d’entreprises, journalistes, et d’universitaires. Entre autres il y aura ainsi Jared Kushner, le gendre et conseiller de Donald Trump, Mark Rutte le Premier ministre néerlandais, la Secrétaire Générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, ou encore Henry Kissinger, l’homme qui dirigeait la politique étrangère des Etats Unis durant les années 70, et celui qui murmure, depuis, et à ce jour, aux oreilles de tous les présidents américains

Les échanges des réunions qui se dérouleront lors de ces quatre jours se déroulent sous la règle de Chatham House, un vieux code éthique de la diplomatie britannique qui interdit de rendre publiques les identités et les propos des autres invités. 

Ce n’est que l’une des nombreuses règles de Bilderberg, établies depuis sa création, en 1954. L’une des spécificités du club est la « division » des participants en trois profils. Les politiques dans le premier tiers, des représentants du monde de l’économie dans le second et le dernier tiers sera composé d’intellectuels. Dans cette dernière catégorie, parmi les nombreuses « pointures » il y aura un certain Mustafa Suleyman. Un jeune de 35 ans, d’origine syrienne, co-fondateur de Deep Mind, l’entreprise créatrice du fameux projet AlphaGo, le programme informatique qui a réussi, en 2017, à battre le champion du monde de go. La présence de Mustafa Suleyman n’est pas anodine. L’un des principaux sujets au programme du Bilderberg 2019 n’est autre que l’avenir de l’I.A (Intelligence Artificielle, un « domaine » sur lequel beaucoup de pays travaillent. Qu’en est-il de l’Algérie?)

Suscitant fantasmes et théories du complot, le club de Bilderberg est présenté par ses « détracteurs » comme la réunion des « maîtres du monde ». Il est accusé d’être le « lieu » où les futurs dirigeants occidentaux sont « désignés » avant même d’être élus dans leurs pays. Balivernes rétorquent les participants et les médias maïnstream. Mais comment ne pas douter de l’ « innocence » du club quand plusieurs faits viennent les contredire. Emmanuel Macron, l’actuel président français, avait participé à la réunion de 2014, et il était un anonyme secrétaire général adjoint de l’Elysée. Trois ans après, et à la surprise générale il succédait à François Hollande.  Son actuel premier ministre, Edward Philippe y était présent en 2016 alors qu’il était un inconnu maire. Une année après il se retrouvait à Matignon. D’ailleurs, les paris sont d’ores et déjà lancés. Qui sera la future chancelière d’Allemagne pour succéder à Angela Merkel ? Deux noms sont cités : Annegret Kramp-Karrenbauer (patronne de la CDU) et  Ursula Von Der Leyen (ministre de la défense allemande). Et « par hasard », ces deux noms sont sur la liste des 130 participants à la réunion Bilderberg 2019…

@SalimKoudil

19h19 (17): L’avocat de l’égalité devant l’information