Plus que jamais, Al-Ahly SC n’a pas d’égal. Le club égyptien a confirmé, un peu plus, son statut de mastodonte du continent en décrochant sa 10e Ligue des Champions. Cette fois, sa victime était la formation de Kaizer Chiefs étrillée 3 buts à 0 samedi en finale à Casablanca (Maroc).
Ce succès a aussi permis aux Ahlaouis de préserver leur couronne étant donné qu’ils étaient champions en titre. Implacable.

Par Mohamed Touileb
L’écart de classe et net. Tout comme la domination. Le Zamalek SC (Egypte) et le TP Mazembe (RD Congo), deuxièmes au classement des clubs les plus titrés dans cette compétition, ne comptent « que » 5 consécrations. Soit la moitié des triomphes des « Diables Rouges ». En outre, aucune autre formation n’a disputé plus de finale qu’Al-Ahly SC qui atteint le dernier stade à 14 reprises en 57 éditions. Cela fait une moyenne d’une finale tous les 3 ans. Une constance impressionnante au plus haut niveau du tournoi le plus prisé en Afrique.
Par ailleurs, on notera que c’est la 3e fois que les Cairotes parviennent à rester sur le sommet du continent deux années de suite. Cela était déjà arrivé lors des éditions 2005 et 2006 puis en 2012 et 2013. Deux teams seulement ont réussi à préserver leur bien. Mais cela ne s’était produit qu’une seule fois. Il s’agit du TP Mazembe (2009 et 2013) ainsi que l’ES Tunis doublement décorée en 2018 et 2019.

Mosimane et la « Pitsomania »
La domination du géant égyptien (90 titres nationaux) est aussi illustrée par le fait d’avoir animé 4 des 5 dernières finales de LDC CAF : 2017, 2018, 2020 et 2021 en l’occurrence. Lors de la séquence 2019, les demi-finalistes de la dernière Coupe du Monde des clubs FIFA ont été sortis dès les quarts de finale par Mamelodi Sundowns, représentant d’Afrique du Sud.
Ce n’était pas la crise pour autant puisque le club a su se ressaisir dans la foulée comme en témoignent les performances dans l’épreuve majeure de la CAF. L’arrivée de Pitso Mosimane en provenance du… Mamelodi Sundowns en septembre 2020 semble avoir aidé le club phare du Caire à retrouver sa maîtrise d’antan. La « Pitsomania » est palpable chez les supporters qui ont adulé le technicien sud-africain.
Pourtant, avant d’affronter ses compatriotes samedi en finale, Mosimane n’était pas dans la plus confortable des positions. Et ce, malgré la cote de sympathie chez les fans d’Al-Ahly SC. Concrètement, en championnat, il compte 10 points de retard sur les Zamalkaouis.

Le record de Manuel José en danger
Néanmoins, on notera qu’il a 4 matchs en retard à jouer. Il peut donc éventuellement rattraper le handicap et reprendre les commandes. « Ici, si vous ne gagnez pas la Ligue des Champions et que vous ne gagnez pas le championnat, vous pouvez tout de suite aller voir ailleurs. C’est pourquoi je suis sur le fil du rasoir », avait-il estimé avant de batailler pour la coupe.
Mosimane est une providence sûre. C’est pour cette raison qu’il est blindé avec un salaire annuel de 3 millions d’euros avec un bonus de 480.000 euros en cas de victoire en Ligue des champions ou dans le championnat égyptien. Avant-hier, il est devenu le 2e coach le plus titré en Ligue des Champions CAF. Après avoir trôné 1 fois avec Mamelodi Sundowns (2016), il a réussi le doublé avec Al-Ahly SC pour revenir à une longueur de Manuel José quatre fois distingué avec les Ahlaouis. Le technicien de 55 ans a largement le temps pour effacer la référence.