Le premier congrès du Conseil des lycées d’Algérie (CLA) s’est ouvert hier au lycée Frantz-Fanon de Boumerdès.

Plus de 50 congressistes ont pris part à cette rencontre de trois jours, durant lesquels ils procéderont à l’évaluation de leurs activités syndicales, les problèmes rencontrés et les perspectives à tracer pour la poursuite du travail syndical, afin d’améliorer les conditions de travail dans le secteur de l’éducation. Ainsi, il est programmé également l’élection du secrétaire général et le bureau national du CLA qui seront élus par les participants, issus de pas moins de 35 wilayas. Des syndicalistes issus des autres syndicats autonomes sont également présents à l’ouverture. Leurs interventions convergent vers l’unité du mouvement syndical afin de constituer une véritable force de revendications socioprofessionnelles des travailleurs de tous les secteurs. Le secrétaire général du CLA, Idir Achour, a évoqué les objectifs du congrès qui consistent, dira-t-il, à renouveler les instances du conseil, actualiser la nomenclature des revendications, à renforcer l’unité syndicale et à tracer la feuille de route pour le mandat prochain. Notre interlocuteur revient sur la création, le 13 janvier à venir, de la Confédération nationale des syndicats, dont trois dossiers semblent être partagés par pas moins de 10 syndicats autonomes, précisera-t-il, en citant la retraite à 25 ans, le pouvoir d’achat des travailleurs et le code du travail. Le statut de l’enseignant, l’école publique de qualité, la défense des libertés syndicales et de toutes les libertés, la poursuite du combat syndical pour l’amélioration des conditions de travail des travailleurs, œuvrer pour l’union du mouvement syndical, notamment en prévision de la création de la confédération nationale des syndicats, a-t-on encore annoncé. Le CLA compte plus de 25 000 adhérents, lesquels sont représentés par une cinquantaine de délégués issus de 35 wilayas.