Le Conseil des lycées d’Algérie (CLA) dénonce, dans un communiqué rendu public hier, les poursuites judiciaires dont font objet deux de ces membres à Mascara et Ghardaïa. Selon le document, la direction de l’éducation de la wilaya de Mascara a déposé plainte contre un membre du bureau national du CLA pour une simple affaire d’altercation avec un agent de sécurité. Selon le syndicat, c’est l’agent qui a empêché le syndicaliste d’accéder au siège de la Direction de l’éducation.
A Ghardaïa, le premier responsable du CLA est poursuivi en justice par le wali, le procureur général et la directrice du lycée où il enseigne pour avoir dénoncé les conditions dans lesquelles se sont déroulés des examens officieux. Pour le CLA, il s’agit d’une atteinte aux libertés syndicales et un règlement de compte qui cible les syndicalistes.
Un appel a été adressé au ministère de l’Education nationale pour dépêcher des commissions d’enquête dans ces deux wilayas et faire la lumière sur la gestion de ce secteur. Un autre appel a été adressé aux autorités du pays pour intervenir afin de protéger les libertés syndicales. En outre, l’organisation syndicale d’Idir Achour appelle les travailleurs de l’éducation nationale à la mobilisation en vue de faire face à « l’offensive qui cible les libertés syndicales ».