Le cinéma algérien sera à l’honneur samedi à la cinémathèque tunisienne à l’initiative du Ciné-Club de Tunis, lit-on sur la page Facebook des organisateurs.

Le programme de la journée comprendra un hommage au cinéaste algérien Farouk Beloufa, décédé en avril 2018 à Paris, par une séance de projection-débat de son film «Nahla», réalisée en 1979.
Après la bataille de Kfar Chouba au Liban, en janvier 1975, Larbi Nasri, un jeune journaliste algérien, est pris dans le tourbillon des évènements qui précèdent la guerre civile. Lié à Maha, Hind, Raouf et Michel qui entourent Nahla, il assiste à la construction du mythe de Nahla, une chanteuse adulée par la population arabe. Un jour Nahla perd sa voix sur scène.
L’atmosphère de crise qui règne autour d’elle, se répand comme une infection. Larbi, fasciné, perd pied et s’enlise, selon le synopsis du film. Après la projection, il sera procédé à un vernissage de clôture d’une exposition d’affiches du cinéma algérien, organisée par la cinémathèque tunisienne.
La journée se terminera par la projection suivie de débat de trois courts métrages algériens: «Les baies d’Alger» (Hassen Ferhani, 2006), «Les jours d’avant» (Karim Moussaoui, 2013) et «Babor Casanova» (Karim Sayad, 2015).