Une huitième visite de travail pour s’arrêter sur l’avancement des préparatifs pour les Jeux Méditerranéens 2021 prévus à Oran (25 juin – 4 juillet). La commission de suivi et de coordination du Comité international des jeux méditerranéens (CIJM) mise beaucoup sur la 19e édition pour rebooster l’événement. D’ailleurs, la séquence algérienne sera, une « étape pour le renouveau de cette manifestation sportive régionale, qui a relativement perdu de son aura au cours de ces dernières années », comme l’a noté hier Salim Iles, directeur général du Comité d’organisation local des jeux (COJM).

L’impression laissée auprès de la délégation de la CIJM passée à El-Bahia est bonne. « Les membres de la commission de suivi et de coordination présidée par le Français, Bernard Amslam, sont repartis satisfaits des travaux de préparation réalisés jusque-là par les différentes commissions de notre comité d’organisation », a assuré Iles.
Aussi, l’ancien nageur a mentionné que « beaucoup de retard a été rattrapé dans le volet organisationnel des jeux, puisqu’il s’agit là de notre responsabilité directe.» Mais malgré cette belle évolution, il a indiqué qu’ « il y a lieu de travailler encore davantage pour surpasser le retard accusé dans certains dossiers relatifs aux préparatifs des jeux.»

Fiches technique : la course contre le temps
Il y a donc du pain sur la planche. A titre d’exemple , il y a les fiches techniques de toutes les disciplines programmées lors de ce rendez-vous régional à préparer. Et ce avant le 25 juin prochain dans l’optique de les transmettre aux comités olympiques respectifs des 26 nations qui seront appelées à animer l’épreuve quadriennal. Douze commissions affiliées au Comité d’organisation veillent au bon avancement des préparatifs.
L’Algérie, qui accueille les JM pour la deuxième fois après 1975 quand Alger avant été ville étoile de la 7e séquence, sera attendue sur le plan infrastrcuturel. Sur ce volet, l’ancienne gloire de la natation algérienne s’est dit « satisfait de l’évolution des travaux de construction du complexe olympique de Bir El Djir, ainsi que le village méditerranéen, implanté, lui aussi dans cette commune.» Le site en question serait d’un haut standing. Il est « le plus grand village en Afrique grâce à sa capacité d’accueil qui avoisine les 4.500 lits, en plus de ses différents équipements, entre autres, trois restaurants, une polyclinique et une salle omnisports.»
1.3 milliard
de dinars comme budget additionnel
L’évolution des chantiers nécessite une grosse manne financière. En 2019, une rallonge de 38 millions de dinars a été accordée au COJM pour finaliser certains projets. Pour cette année 2020, 1.3 milliard de dinars ont été alloués par l’Etat afin d’accélérer les travaux et mettre toutes les chances de côté pour être dans les délais. La campagne de promotion est donc déjà lancée. Il faudra désormais structurer le travail des bénévoles. Ces derniers ont droit à une répétition géante lors du triathlon international qui s’est tenu à Taghit dans la wilaya de Béchar :
« C’était une première répétition générale pour les bénévoles engagés en prévision du rendez-vous méditerranéen », a jugée Iles. Les moyens économiques mais aussi humains sont nécessaires pour le bon déroulement de cette date sportive estivale où bon nombre d’athlètes, qui seront engagés dans les 24 disciplines recensées, et d’officiels seront attendus.