Par Rouchdi BERRAHMA
Très peu d’écrivaines algériennes d’expression francophone s’aventurent dans les romans policiers, en tout cas à part Zehira Houfani-Berfas avec «le Portrait du disparu» et «les Pirates du désert» ou Rahima Karim avec «le Meurtre de Sonia Zaid», pour l’instant je n’en ai pas croisé des masses… et si vous en connaissez, je suis preneur ! Pour cette rentrée littéraire, les éditions Marsa nous proposent un bon polar au féminin. «Le choix de Thanina» de Rénia Aouadène est un roman policier puisque son personnage principal est une commissaire qui doit élucider le meurtre d’une jeune femme en Kabylie.
J’avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans ce livre, composé de plusieurs récits en abyme, où l’intrigue, aux dénouements parfois étonnants, est un prétexte pour décortiquer la société algérienne au début des années 2000. C’est donc tout un pan tragique de l’Histoire récente (la décennie noire) qui est revisité, sans concession. «Le choix de Thanina» n’est pas qu’un petit polar. C’est un texte décisivement féministe jetant une lumière puissante sur le vécu de femmes algériennes de toutes conditions. Pour le personnage principal (commissaire Thanina), il s’agit de défendre son statut en tant que femme, dans une société d’hommes. nDe l’humour kabyle, des personnages féminins hauts en couleur et une très belle couverture, tels sont les attraits de ce polar étonnant et étrange que je vous invite vivement à découvrir.

biographie

Rénia Aouadène est née à Marseille de parents algériens. Assistante de français à Cordoue et à Grenade, puis formatrice, enfin enseignante d’espagnol, elle a publié de la poésie, du théâtre, des nouvelles. “Le choix de Thanina” est son troisième roman.