Les candidats indépendants ont créé la surprise lors des élections du week-end dernier au Chili, pour choisir les membres de l’Assemblée constituante qui sera chargée de rédiger une nouvelle Constitution du pays. Sur les 155 sièges à pourvoir, 65 ont été remportés par des candidats sans filiation politique, ce qui a sonné comme un désaveu franc et sans appel pour les partis traditionnels, tant de gauche (opposition) que de droite (au pouvoir). Dans ces conditions, les observateurs estiment qu’il est impossible de prévoir la nature du texte de la Constitution qui sortira d’une assemblée composée en majorité de personnalités indépendantes. Le Chili avait opté pour un scrutin en deux jours pour éviter les foules dans les bureaux de vote, d’autant que le scrutin portait non seulement sur l’Assemblée constituante, mais aussi sur les gouverneurs, les maires et les conseillers communaux. Le plus grand perdant de ce scrutin demeure le parti au pouvoir du président Sébastian Pinera. Le processus de rédaction de la future constitution a été désigné de manière a garantir la concertation et le consensus, puisque les choix qui seront faits devront être validés par la majorité des deux tiers de l’Assemblée. Ils auront neuf mois pour proposer une nouvelle Loi Fondamentale qui devrait intégrer les revendications des jeunes mécontents qui ont manifesté massivement de 2019 qui sont à l’origine de ce processus. « Nous ne sommes pas en phase de manière adéquate avec les demandes et les espérances des citoyens », a reconnu le président Pinera, dont le parti a été l’un des grands perdants de l’élection. Parallèlement aux 155 membres de l’Assemblée constituante, les Chiliens ont également choisi les gouverneurs des 16 régions du pays ainsi que 346 maires et conseillers communaux. Les deux journées électorales s’étaient déroulées dans le calme malgré le contexte de la pandémie, ce qui a été interprété comme une « marque de confiance » dans les institutions du pays, y compris l’institution militaire chargée de garder les bulletins de vote pendant les deux jours du scrutin.