C’est dans des circonstances exceptionnelles qu’est intervenue, cette année, la Fête du
1er mai. Principaux héros et victimes d’une pandémie qui continue à ébranler le monde et les économies des pays, les travailleurs le célèbrent dans une inquiétude grandissante. En Algérie, la peur de la facture socio-économique à payer n’est pas moindre. Pour conjurer le sort et surmonter cette situation, Abdelmadjid Tebboune plaide la culture du travail et ses valeurs comme antidote de la double crise économique et sanitaire.

A cette occasion, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a adressé un message dans lequel il promet que l’Etat œuvrera « avec rigueur » à redonner au travail sa véritable valeur, à « renforcer la place des travailleurs », notamment les classes moyenne et vulnérable, « augmenter leur pouvoir d’achat et créer les conditions idoines d’une vie décente pour eux et leurs enfants », car, souligne le Président,« les travailleurs sont le catalyseur de la prospérité nationale ». M. Tebboune adressera notamment ses salutations et sa reconnaissance pour les efforts que les travailleurs déploient dans la bataille du développement. « L’Algérie a tant besoin d’adopter la voie du savoir, du travail et des bonnes mœurs, seuls et uniques moyens pour assurer le progrès, l’indépendance et de lutter contre le chômage qui est l’ennemi de la stabilité et source des maux sociaux », dira-t-il. Et quoi de mieux que cette journée symbolique afin de monter au pinacle la valeur du travail et l’esprit créatif pour conquérir des dividendes politiques pour le bien de la collectivité. « Cette journée nous offre l’opportunité de procéder à une évaluation judicieuse, à même de nous permettre d’encourager les initiatives créatrices et les vertus du dialogue et de la concertation pour résoudre les différends sociaux et tirer profit des expériences des pays avancés », soulignera le Président.

Réactiver la vie économique
Le Président de la République rappellera que depuis son élection à la tête du pays, il a pris plusieurs décisions pour réactiver la vie économique. Il invite à cet effet les organisations des travailleurs à soutenir cette orientation et à jouer un rôle influent « dans l’édification d’une économie productive et créatrice de richesse et d’emplois ». Le chef de l’Etat a tenu également à rappeler que le travail est la valeur la plus importante pour tout processus de développement. « Notre pays est appelé aujourd’hui à rendre au travail ses lettres de noblesse, c’est pourquoi nous sommes appelés à retrousser nos manches, à nous mobiliser et à laisser éclore nos capacités et notre sens de créativité afin de réaliser un saut qualitatif en matière de développement multidimensionnel qui nous permettra d’occuper la place qui nous sied parmi les nations », soulignera le chef de l’Etat. Les circonstances actuelles, particulièrement difficiles dans le monde du travail, semblent avoir poussé les autorités à mieux appréhender les conséquences qui devraient en découler. « Je tiens à vous réaffirmer mon engagement à résoudre tous les contentieux en suspens, annuler l’impôt sur les petits revenus et préserver les acquis sociaux », dira à ce propos M. Tebboune, qui annonce avoir donné pour instruction d’accélérer le processus de régularisation de la situation des titulaires de contrats de pré-emploi et d’examiner les meilleures voies de sauvegarde des postes d’emploi touchés par la pandémie de Covid-19, « tout en veillant à assurer l’équilibre entre les exigences de la sécurité sanitaire et les besoins de la relance économique ».
Pour sa part, le Premier ministre a salué tous les travailleurs qui veillent à la construction de la « nouvelle Algérie », soulignant sur son compte Tweeter que l’avenir de l’Algérie « n’est pas seulement dans sa richesse pétrolière, mais aussi dans ses talents, ses femmes et ses hommes ». En cet anniversaire symbolique, Abdelaziz Djerad n’a pas omis ceux qui continuent à travailler, à relever les défis dans des circonstances particulières. n