Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, est arrivé, ce 28 février à Alger, pour engager des discussions avec les autorités algériennes de la “sécurité énergétique de l’Europe”

« Nous discuterons du renforcement de la coopération bilatérale, en particulier pour répondre aux besoins en matière de sécurité énergétique européenne, à la lumière du conflit en Ukraine », a affirmé le chef de la diplomatie italienne dans un Tweet, annonçant son arrivée à Alger

Luigi Di Maio est accompagné d’une délégation comprenant notamment Claudio Descalzi, PDG du géant italien des hydrocarbures Eni, partenaire de Sonatrach depuis des décennies.

La visite de Luigi Di Maio intervient dans un contexte marqué par les craintes sur l’approvisionnement du continent européen en gaz, suite aux sanctions occidentales prononcées contre la Russie qui a envahi, depuis jeudi dernier, l’Ukraine.

Hier, le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar a affirmé que son entreprise est prête « à fournir davantage de gaz à l’Europe, acheminé notamment via le gazoduc Transmed reliant l’Algérie à l’Italie ».

Selon Toufik Hakkar, « il y a une capacité non exploitée sur le gazoduc Transméditerranéen, qui pourrait être utilisée pour augmenter les approvisionnements du marché européen ».

Le 24 février, le président Tebboune, a affirmé la disposition de l’Algérie « à contribuer à la sécurité énergétique de ses partenaires ».