Le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) avait, pour cause de coronavirus, décidé de geler toutes les compétitions sportives nationales jusqu’au 5 avril prochain. Cet ultimatum sera, vraisemblablement, prolongé. En effet, hier matin, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a annoncé le passage au stade 3 de la pandémie.
Les choses ne vont pas en s’améliorant. Une situation qui va retarder une éventuelle reprise du championnat de football et menacer, considérablement,
la poursuite de la saison.

Par Mohamed Touileb
Kheireddine Zetchi, président de la Fédération algérienne de football (FAF), se voulait rassurant. Toutefois, le nouveau « update » de la donne sanitaire commence à devenir inquiétant et tracassant. Plus drastique sera le confinement. Ce qui va considérablement retarder toute éventuelle reprise des compétitions.
Pour le professeur chargé de gérer le secteur de la santé, il faut « se préparer au pire.» Dans le sport, le pire c’est la saison blanche. Un cas de figure auquel le patron de la FAF n’a pas trop voulu y penser. « On ne veut pas d’une saison blanche. Nous allons tout faire pour reprendre le championnat. Notre image serait ternie aux yeux de la Fédération internationale (Fifa) et au monde entier si nous prenons une telle décision qui voudrait dire que nous ne sommes pas capables de nous adapter à la situation actuelle engendrée par ce virus », avait indiqué Zetchi vendredi. Mais il s’avère qu’il faut désormais considérer cette donne.
Un calendrier versatile
Il faut savoir que dans pareille conjoncture, ce n’est pas ce que penserait la FIFA qui prime ni le sort des épreuves de football ou autre. Le plus important sera la santé des joueurs, staffs et supporters qui restent les acteurs majeurs de la balle ronde. Aspect que Zetchi n’a, heureusement, pas manqué de souligner en indiquant que « la santé des joueurs et des staffs techniques est le plus important pour nous, je leur demande de prendre leurs précautions.»
Par ailleurs, pour ce qui est du réajustement de l’agenda footballistique, en considérant le nombre de journées joués en championnat, il y aurait, si la pandémie ne s’étale pas trop dans le temps, une marge de manœuvre. Le premier responsable de l’instance fédérale a noté que « Nous sommes à un stade avancé du championnat, il nous reste quelques journées à disputer, nous allons parvenir à établir un calendrier pour pouvoir terminer la saison.»
Coupe d’Algérie : des demies sur
un seul match ?
On va prendre exemple avec la Ligue 1 où il reste 8 journées à caser. Ces rounds peuvent être condensés dans un laps de temps d’un mois et demi. Aussi, il y aura les rencontres de Coupe d’Algérie à programmer. Cette compétition s’est, il faut le rappeler, arrêtée au stade des quarts de finale « retour ». Pour le calcul, ce sont 4 matchs des quarts en plus des 4 des demies ainsi que la finale. Soit un total de 9 explications. Néanmoins, il se pourrait que la FAF, qui gère ce tournoi, décide de faire jouer les demies en élimination directe sur terrain neutre pour raccourcir le tournoi et gagne un temps précieux.
Somme toute, Zetchi sait que la balle ronde algérienne cache des enjeux autres qu’économiques. Il ne sera pas facile de faire comprendre à des équipes qui jouent l’accession que leurs efforts ont été « vains ». Ça pourrait même provoquer des tensions. Seule bonne nouvelle, le confinement général permettrait de tempérer les ardeurs d’une rue qui n’aurait, dans d’autres circonstances, pas hésité à montrer son désaccord avec l’annulation de tous les résultats sportifs. En tout cas, on aura plus de détails sur ce que les décideurs du football circus comptent faire. Ce sera à l’issue de la très attendue réunion du Bureau fédéral prévue le 31 mars et qui prendra en compte « le développement de la situation sanitaire au pays.» Le BF aura des verdicts sensibles à prononcer dans le cas où le COVID-19 perdure dans le temps. n