Il aurait pu signer à l’USM Alger, où avait évolué son père Nacer entre 1976 et 1984. Mais il a été convaincu par le projet fragile du MC Oran. Adlène Guedioura s’est, dans l’attente de la validation de son contrat, engagé avec les Oranais jusqu’à la fin de saison au minimum avec la possibilité de prolonger. A la clé, le milieu défensif percevra 20.000 euros/mois. C’est le salaire le plus élevé de Ligue 1 actuellement. Avant cela, il doit être qualifié au moment où sa nouvelle équipe est interdite de recrutement.

Par Mohamed Touileb
Libéré récemment par Sheffield United, sociétaire de Championship (D2 anglaise), Guedioura a opté pour le championnat algérien afin de se relancer. Son arrivée reste surprenante. D’autant plus qu’il rejoint une formation qui n’est pas réputée pour connaître la stabilité sur le plan de gestion.

Dérogation pour qualification
En effet, le MC Oran connaît une véritable crise au sein de son état-major. D’autant plus que les « Hamraoua » ont une dette de 21 milliards de centimes de salaires impayés comme révélé par la Chambre nationale de résolution des litiges (CNRL). Ainsi, pour cette raison, le club phare de l’Ouest algérien est normalement interdit de recruter s’il ne baisse pas son découvert à 10 millions de dinars (1 milliard de centimes) au minimum.
Néanmoins, Youssef Djebbari, le président du Conseil d’Administration de la SSPA/MC Oran, est confiant pour pouvoir bénéficier d’une dérogation afin d’obtenir la licence pour celui qui compte 61 sélections avec l’EN. « On ne peut rien dire tant que la FAF n’a pas encore répondu à notre demande. Et là je profite de l’occasion pour démentir ces informations parlant d’un salaire de 500 ou 400 millions de centimes. Rien n’a été décidé. Je viens de discuter avec le frère du joueur pour préparer le dossier qu’on doit présenter à la Fédération », a-t-il déclaré.

Destination l’inconnu
Somme toute, la décision de Guedioura de rejoindre le MCO suscite de nombreuses interrogations. D’autant plus que sa signature peut être annulée car son recruteur a une sacrée ardoise à effacer pour pouvoir enregistrer une arrivée. Pourquoi l’ex-pensionnaire de Nottingham Forest, Wolverhampton et Al-Gharafa n’a-t-il pas opté pour un team plus stable à l’image de l’USM Alger, le MC Alger ou le CR Belouizdad qui sont gérés par des entreprises nationales ?
La réponse aurait à voir avec sa maman qui est originaire d’« El-Bahia » et qui souhaite le voir porter le maillot Rouge et Blanc. C’est la seule raison qui le pousserait à signer là-bas pour une petite pige ne dépassant pas les 4 mois avant de plier bagages en fin de saison. Par ailleurs, l’espoir de pouvoir compter sur le MCO comme porte pour un retour en sélection est mince. Surtout que les Oranais sont concernés par la lutte de maintien. Au terme de la phase ‘’aller‘’, ils pointent à la 13e place avec 4 longueurs d’avance seulement sur la zone rouge.
Et quand on sait que la deuxième partie de saison des Oranais est souvent chaotique, on ne peut pas dire que « Dababa » (surnom de Guedioura qui veut dire char) ait fait un choix avisé.