En plus d’une heure de temps, Riyad Mahrez a raconté beaucoup de choses sur sa carrière et son chemin parsemé d’obstacles avant d’arriver au sommet de la balle ronde mondiale. Dans son face à face visioconférence avec le journaliste d’origine algérienne Smaïl Bouabdellah (BeIN Sports), le Fennec a retracé son parcours et livré beaucoup d’anecdotes sur ses coéquipiers en sélections.

De l’AAS Sarcelles à Quimper KFC puis le transfert avorté à l’Olympique Marseille avant de signer au Havre et d’enchaîner avec Leicester City puis Manchester City, Mahrez en a connues des épreuves sur son chemin vers la notoriété. Tout avait commencé dans sa ville natale à Sarcelles (Paris) avant de se voir proposer de faire un essai à Quimper (Bretagne) à 4 heures et demie de train de la capitale française.
Problème, il devait payer le billet pour 160 euros il y a 11 ans de cela. « Pendant quatre semaines j’insistais auprès de ma mère pour qu’elle me file l’argent afin que je puisse aller tenter ma chance. C’était une somme conséquente pour elle à l’époque. Elle a fini par me les donner et c’est de là que tout a commencé. Quimper m’a gardé. Par la suite j’ai été repéré par le Havre AC. Ils ne m’ont proposé qu’un statut d’amateur alors que je voulais avoir un contrat de stagiaire au minimum », raconte le gaucher.

La désillusion marseillaise
« Mon agent a réussi à me trouver un essai avec l’Olympique Marseille. J’étais à l’entrainement avec la CFA. José Anigo (Directeur sportif à l’époqueNDLR) est descendu me voir. Il m’a demandé de venir dans son bureau et m’a révélé qu’ils comptent bien me faire signer. Il m’a même pris le billet retour chez moi en m’offrant des maillots de l’OM. J’étais trop content. J’avais l’impression d’être dans un rêve parce que c’était mon club de cœur même si je suis né à Paris », s’est souvenu le 10e du classement Ballon d’Or 2019.
Mais voilà que la direction phocéenne n’a pas avaliser son arrivée car le président Vincent Labrune n’a pas voulu prendre de risque. « A ma surprise, quatre jours après cette entrevue, Anigo a appelé mon agent pour lui dire que le club a décidé de prendre un autre joueur à ma place. C’était Billel Omrani apparemment. Bon, je ne connais pas vraiment ce qui s’est passé entre les dirigeants de l’OM. Mais c’était ça en gros », révèle le Dz.

Le Havre en tremplin
La suite, c’était une signature au Havre AC en deuxième division française. Trois années avec les Havrais avant d’être approché par Leicester City. « Au début, je me suis dit ’’c’est quoi ? Un club de rugby’’. Après j’ai vu qu’ils insistaient mais jouer en seconde division anglaise ne me tentait pas trop », reconnaît le Champion d’Afrique. Il ajoutera « après, j’ai entendu leur offre. C’était incroyable. Ce n’était pas les 700 euros que je percevais à Quimper. J’ai donc décidé de signer.»
Avec les Foxes, le Vert réalisera une accession en Premier League. La première saison parmi l’élite était compliquée. Lui et ses coéquipiers ont même frôlé la relégation. « Je me souviens, j’étais en regroupement avec l’équipe nationale. Il nous restait 8 matchs à jouer en championnat et on n’avait gagné que 3 rencontres depuis le début. J’ai dit à Lacen ‘’si on gagne 7 matchs on sera sauvés’’. Il en a rigolé me disant ‘’depuis le début vous n’en avez remportés que trois et là tu penses que c’est possible de gagner 7 sur 8 ?’’ J’ai répondu ‘’Oui. Parce qu’on jouera 7 à domicile’’. Et c’était le cas.»

L’heure de gloire
Après ce sauvetage miraculeux, il y a eu la saison 2015-2016 et ce sacre improbable une année après avoir frôlé la rétrogradation. Exercice au terme duquel Mahrez a été sacré Meilleur joueur d’Angleterre. Une distinction qui a fait grimper sa cote et suscité l‘intérêt des clubs au Royaume. Mais il jouera deux autres saisons avec la « Blue Army » avant d’être céder à Manchester City contre 68 millions d’euros. Lui qui a été acheté pour 500.000 euros au HAC. Sacrée opération!
Pep Guardiola avait insisté pour le faire venir chez les Skyblues en dépit de négociations compliquées et une arrivée qui avait capoté 6 mois avant cet été 2018. « A vrai dire, Guardiola m’a montré son intérêt en venant me parler à la fin du match contre son équipe. Il m’a dit qu’il aimait beaucoup mes qualités. A ce moment-là j’avais compris qu’il envisageait de me faire venir », déclare le numéro 7 d’El-Khadra. Il précisera aussi que « pour Liverpool, ils s’étaient renseignés sur moi avant l’arrivée de Salah. Mais ce n’était pas vraiment concret.»
A présent, Mahrez joue pour le double-champion d’Angleterre sortant sous la coupe d’un entraîneur qui l’a fasciné quant il était sur le banc du FC Barcelone. Il ne l’a pas rejoint en Catalogne mais il a fini par jouer sous les ordres de l’un des meilleurs coachs au monde. Une vraie idylle.