La Fédération algérienne de football (FAF) est en train de (voir s’) élaborer l’agenda sportif de l’équipe nationale pour 2018. Les lieux ne sont pas définitivement établis mais les adversaires sont cochés. Les Fennecs devraient affronter le Gabon (23 mars), l’Iran (27 mars) et le Portugal (8 juin).

Ces rencontres devraient, vraisemblablement, se jouer en Europe. Une sélection africaine et deux mondialistes, la FAF peut remercier le Maroc et la Tunisie qui se sont qualifiés pour le Mondial. Explication : Iraniens et Portugais ont opté pour l’Algérie à cause des similitudes footballistiques. Tunisiens et Marocains sont versés dans les mêmes poules que les prochains adversaires de l’Algérie dans l’ordre.

 

Les Fennecs n’ont pas réussi à se qualifier pour leur 3e Coupe du monde à la file après celles de 2010 et 2014 qui aurait été la 5e dans l’histoire du pays en plus de celle de 1982 et 1986. Le rêve de voir les coéquipiers de Riyad Mahrez affronter les meilleures sélections s’est donc évaporé après une désastreuse campagne de qualification. Des éliminatoires dans lesquelles « El-Khadra » n’a jamais gagné sur terrain se contentant de deux petits points avant que la FIFA ne lui donne une victoire sur tapis vert face aux Nigérians. Les « Super Eagles » avaient aligné un joueur qui était suspendu pour cumul de cartons. L’absence du tournoi russe n’empêchera, néanmoins, pas l’EN d’affronter l’une des 32 équipes qui auront le privilège de prendre part à la compétition universelle. En effet, la troupe à Rabah Madjer a pris date avec la sélection de l’Iran pour la prochaine date Fifa du mois de mars. Une rencontre prévue pour le 27 du mois en question qui devait se jouer à Téhéran au début. Cependant, le contexte politique s’est invité au sportif. Les autorités iraniennes ont refusé que la partie se déroule dans la capitale du pays. La tendance serait de se produire donc en Europe. D’autant plus que le staff du « Club Algérie » envisage d’organiser un stage de l’autre côté de la rive lors de cette période. Outre les poulains de Carlos Queiroz, Yacine Brahimi & cie affronteront les Gabonais trois jours plutôt. Madjer avait insisté pour jouer contre des adversaires africains pour que ses protégés s’habituent plus à l’adversité continentale. Surtout pour l’équipe des locaux. « Sincèrement, je regrette l’annulation du match amical face aux EAU. C’était à la dernière minute. Au mois de janvier, nous essayerons de programmer des matchs de préparation contre des sélections africaines locales qui joueront le CHAN. C’est le seul moyen d’avoir des adversaires en dehors des dates Fifa », a indiqué le successeur de Lucas Alcaraz.

Le Mondial sauve la FAF

La déclaration de Madjer reflète les difficultés à trouver des sparring-partners pour les « Guerriers du Sahara ». En ne réussissant pas à figurer dans le tableau final du Mondial, Islam Slimani & cie ont vu leur côte chuter. Un échec qui a des conséquences sur les plans économiques et sportifs. Désormais, notre sélection aura du mal à convaincre des adversaires de prestige pour jouer en amical. Heureusement que nos voisins de la Tunisie et du Maroc ont, pour leur part, réussi à composter le ticket pour la CDM. Cela a fait en sorte que la FAF soit sollicitée par les adversaires des « Aigles de Carthage » et « Lions de l’Atlas » afin de leur offrir un test grandeur nature et une répétition générale pour le rendez-vous quadriennal. Les équipes nord-africaines ont le même ADN de jeu. Cela a poussé l’Iran et le Portugal à songer à l’Algérie. Une véritable aubaine pour les Dz qui auront, finalement, des homologues de qualité. Ils goûteront un peu à l’esprit du Mondial en dépit du fait de ne pas y figurer pour sa 21e édition. Une opportunité venant sauver une structure footballistique qui éprouve toutes les peines du monde à faire concocter un programme pour notre onze national. Même les A’ n’échappent pas au bricolage. Eux qui viennent de voir leur match face aux Emiratis annulé. Leur adversaire a, tout simplement, décidé de passer un trait sur cette rencontre. Et ce, après la confirmation de sa participation à la Coupe du Golfe 2017 finalement confiée au Koweït après avoir été retirée au Qatar en raison de la crise régionale qui allait compromettre la tenue de l’épreuve. L’équipe de Kheireddine Zetchi ne pourra que souffler. Le nouveau board de la Fédération nationale du sport-roi était dans l’expectative. Surtout après le report de la 2e journée, initialement programmée pour mars, des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2019. La Confédération africaine de football (CAF) a voulu permettre à ses représentants en Russie de se préparer dans les meilleures conditions. Pour les non-qualifiés, il a fallu changer tous les plans. Et vu que chez nous on n’est jamais prévoyants…