La victoire de la consolation après avoir échoué près de la consécration. Le Burkina Faso et le Ghana ont animé, samedi, la petite finale de la Coupe d’Afrique des nations 2017 (14 janvier – 05 février au Gabon).

Ce sont les Burkinabés qui ont affiché plus d’envie pour terminer l’aventure sur une bonne note. Alain Traoré a pu réparer les « dégâts » causés par son frère Bertrand, qui a raté le dernier tir au but en demies, en inscrivant l’unique réalisation de la partie sur coup franc à deux minutes de la fin. Le gaucher venait d’acter la deuxième meilleure performance de sa sélection à ce niveau après l’argent de 2013.

Il est resté muet tout au long du tournoi mais a fini par faire parler la poudre au bon moment. Alain Traoré, le numéro 10 des « Etalons », ne s’est pas fait prier pour offrir le podium aux siens. Face à une sélection Ghanéenne remaniée avec 7 changements par rapport à l’équipe qui avait disputé la demi-finale face au Cameroun, les poulains de Paulo Duarte ont joué et l’ont emportée. Certes, les « Black Stars », venus chercher l’or, ont donné l’impression de ne pas trop vouloir du bronze malgré quelques tentatives orgueilleuses.
En face, les coéquipiers d’Aristide Bancé semblaient plus décidés à minimiser la désillusion de ne pas jouer pour le sacre. Un sérieux bien récompensé grâce à leur meneur de jeu.
« En cinq participations, j’ai deux médailles, une en argent et une en bronze. Je voulais l’or, mais bon, on est très contents. On va rentrer chez nous en étant la troisième nation africaine. C’est une récompense pour nous », se réjouit Alain Traoré avec un peu d’amertume tout de même. Chez ses compères, le sentiment est le même. « Notre objectif était de jouer la finale. On n’a pas pu le faire, mais la troisième place est méritée. On a vraiment tout donné pour sortir la tête haute du tournoi. On était déçus face à l’Egypte car on avait bien joué. Le football est ainsi fait et on prend la médaille de bronze avec fierté et honneur », indique l’attaquant Préjuce Nakoulma. Avis similaire chez son acolyte en attaque Aristide Bancé qui se rappelle que « Beaucoup de personnes ne croyaient pas en nous. On ne voyait pas le Burkina Faso arriver à cette place-là. Je pense qu’il n’y a pas de secrets, c’est le travail qui paye. On a fait beaucoup de sacrifices car on a laissé nos familles dès le 28 décembre. On est très fiers ce soir, ça a payé, car face à l’Egypte, on ne devait pas perdre.»

Cap sur la Russie…
Ce petit exploit est le travail et l’apport d’un coach qui a su sublimer sans groupe et le décomplexer complétement malgré le parcours difficile que ses protégés ont eu à traverser. Après cette consolation méritée, le driver portugais a admis que « cela n’a pas été facile de récupérer la confiance avant le match face au Ghana. D’ailleurs on a senti cela lors de la première période, où le Ghana a été supérieur, car ils ont fait tourner avec sept nouveaux joueurs, tandis que nous, on a gardé la même base. A la mi-temps on a corrigé ce qui n’allait pas. Les joueurs ont compris. On a créé beaucoup d’occasions et on a réussi à marquer d’une manière splendide. Le bilan est extraordinaire pour le Burkina Faso, qui jusqu’à maintenant n’avait participé qu’à une finale et a remporté pour la première fois la médaille de bronze, même si on a une saveur amère dans la bouche.» Cependant, le premier responsable de la barre technique des vice-champions d’Afrique en 2013 estime que son team « aurait dû être en finale. Personne ne nous a battus. On a gagné trois fois et on a fait trois nuls. Notre meilleur match a été face à l’Egypte avec 65% de possession de balle. J’ai toujours cru que le trophée serait pour nous.» Les regrets, il y en aura toujours car les « winners » savent que l’histoire ne retient que les vainqueurs. Toutefois, cette jolie parenthèse dans la messe gabonaise devrait galvaniser les barragistes pour le Mondial 2014 afin de mener parfaitement leur campagne de qualification pour la Coupe du Monde 2018 en Russie. Pour rappel, le Burkina Faso, qui a été privé du tournoi quadriennal au Brésil par l’Algérie un certain 19 novembre 2013, est premier de la poule « D » avec 4 unités. Il est poursuivi par l’Afrique du Sud, qui compte le même total, et le Sénégal (3 points) alors que le Cap Vert ferme la marche avec un compteur vide. Après ce que cette équipe a montré, rêver d’aller en Russie est plus que légitime.