Le pétrole algérien a gagné près de 3 dollars en mars dernier, s’établissant à 65,76 dollars le baril pour une production de 870.000 barils/jour, soit une baisse de 8.000 barils par rapport la production moyenne de février (878.000 Mbj). C’est ce que rapporte l’Opep dans son rapport mensuel, expliquant que ce petit, mais précieux gain est dû notamment à la hausse de la demande sur les marchés internationaux. La moyenne mensuelle des prix du Sahara Blend, le brut algérien, est passée de 62,38 dollars/baril en février dernier à 65,76 dollars en mars, soit une hausse de 3,38 dollars/baril
(+ 5,4%), précise le rapport. Il indique que le Sahara Blend a été le troisième brut le plus cher en mars 2021, après l’Angolais Girassol (66,04 dollars/baril) et le Guinéen équatorial Zafiro (65,99 dollars/baril). Son classement sur le tableau des prix intervient dans un contexte d’évolution positive générale des prix au marché pétrolier mondial au terme du premier trimestre de l’année, le prix moyen du panier de l’Opep ayant augmenté de 3,51 dollars (+ 5,7%) par rapport au mois de février, pour s’établir à 64,56 dollars/baril. Il s’agit du niveau le plus élevé depuis janvier 2020 pour le panier de l’Opep.