Contraint de déclarer forfait à quelques heures du début de la Coupe du monde 2022, Karim Benzema va encore devoir rester sur le carreau pendant la plus prestigieuse des compétitions de son sport. Une histoire de rendez-vous manqués, comme en 2010 et en 2018, année du deuxième sacre mondial des Bleus.
«De ma vie je n’ai jamais abandonné mais ce soir il faut que je pense à l’équipe comme je l’ai toujours fait alors la raison me dit de laisser ma place à quelqu’un qui pourra aider notre groupe à faire une belle Coupe du monde.» Tel était le message chargé en émotions publié samedi soir, dans la foulée de l’officialisation de son forfait pour la Coupe du monde 2022 par la Fédération française de football, par Karim Benzema (34 ans).
Les conséquences de sa blessure au quadriceps gauche, quelques heures plus tôt alors qu’il participait à son premier entraînement collectif avec les Bleus, sont terribles pour l’attaquant du Real Madrid. Cela vient ainsi entretenir la légende d’une histoire très compliquée entre KB9 et le Mondial.

L’Afrique du Sud comme premier rendez-vous manqué
Tout a commencé en 2010, lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud. Karim Benzema, qui avait honoré sa première cape le 28 mars 2007 contre l’Autriche (1-0, but de… Benzema) en match amical, puis participé à la mésaventure de la France à l’Euro 2008 (élimination en phase de poules, 0 victoire), a alors payé son manque de temps de jeu au Real Madrid (33 matchs disputés avec les Merengues, dont 18 comme titulaire) aux yeux de Raymond Domenech.
«Le seul problème que j’ai eu avec Karim, c’est qu’il ne jouait pas, s’en expliquera le sélectionneur de l’époque quelques années plus tard. J’avais d’autres solutions à ce moment-là et le débat ne se posait même pas, il était en retrait.» Tant ce Mondial 2010 restera tristement célèbre pour les Bleus en raison du fiasco de Knysna, avec la grève des joueurs tricolores, certains diront que l’absence de Karim Benzema n’était pas forcément une mauvaise chose pour lui à titre personnel…

2014, l’unique Mondial au goût amer pour KB9
Après avoir retrouvé l’équipe de France sous les ordres de Laurent Blanc, Karim Benzema s’est définitivement imposé parmi les cadres de la sélection. Autre héros (avec Mamadou Sakho) du barrage retour face à l’Ukraine (0-2, 3-0), en novembre 2013 au Stade de France, celui qui avait participé à l’Euro 2012 (défaite en quarts contre l’Espagne) fait logiquement partie de l’aventure au Brésil pour la Coupe du monde 2014.
Pour la première grande compétition de Didier Deschamps dans son costume de sélectionneur, l’ancien buteur de l’OL se distingue en inscrivant 3 buts en phase de poules (face au Honduras puis contre la Suisse), tout en délivrant deux passes décisives lors du large succès 5-2 contre les Helvètes. Mais le Nueve et les Bleus ont eu le malheur de tomber contre l’Allemagne (0-1), future championne du monde, en quart de finale. Si Benzema a disputé l’intégralité des matchs au Brésil, on se souviendra encore longtemps de son tir arrêté avec une facilité déconcertante par la main droite ferme de Manuel Neuer…

Un titre de champion du monde lui est passé sous le nez
Cette terrible action restera d’ailleurs probablement le dernier souvenir, pas des moins frustrants, de Karim Benzema en action lors d’une Coupe du monde. Car l’histoire d’amour entre le natif de Lyon et l’équipe de France s’arrêtera brutalement en 2015, d’abord en raison de l’affaire de la sextape avec Mathieu Valbuena, puis probablement après son interview en Espagne au cours de laquelle il accusera Deschamps d’avoir cédé à une partie raciste de la France.
Ces malheureuses histoires auront finalement valu à Karim Benzema de ne pas être appelé pour le Mondial 2018 en Russie, et donc de voir un titre de champion du monde, aux côtés de Kylian Mbappé, Olivier Giroud ou encore Antoine Griezmann, lui passer sous le nez.

La malchance a frappé et laissera d’éternels regrets
Depuis le mois de juin 2021, Karim Benzema a fait son grand retour avec le groupe France. Il aura notamment permis à son pays de remporter la Ligue des Nations la même année, se montrant déterminant sous le maillot frappé des deux étoiles.
Fort de son Ballon d’Or 2022, celui qui marche sur l’eau avec le Real Madrid depuis de nombreux mois avait à cœur de rattraper le temps perdu au Qatar, et tout un peuple attendait impatiemment de le voir performer avec les Bleus. Mais voilà, le destin en a décidé autrement et Karim Benzema, qui aura 38 ans en 2026, pourrait bien avoir dit adieu de la plus triste des manières à la reine des compétitions.