Pour la première fois, le Championnat du Monde de handball verra la participation de 32 sélections. Un format inédit dans un contexte spécial avec le Coronavirus qui a contraint les organisateurs à faire jouer ce rendez-vous planétaire, qui débute aujourd’hui en Egypte et durera jusqu’au 31 janvier prochain, sans la présence du public. Au terme des 19 jours, on connaîtra le successeur du Danemark qui détient la couronne mondiale.

La nouvelle formule du tournoi a permis la première participation de sélections telles que le Cap-Vert et l’Uruguay. Cette messe planétaire intervient aussi dans une situation sanitaire compliquée qui aurait pu menacer sa tenue comme tant d’autres événements d’envergures. Mais la Fédération international de handball (IHF) a décidé de le maintenir et de prendre les précautions et les mesures nécessaires pour que cette épreuve puisse se tenir.
Dans cette optique, chaque équipe disposera de 20 joueurs au lieu de 18 sur la liste définitive avec 16 d’entre eux qui figureront sur chaque feuille de match comme le veut le règlement en vigueur. Plus de joueurs dans la délégation veut dire plus de frais pour la prise en charge. Ce surcoût est pris en charge par l’IHF.
Ainsi, chaque équipe aura des alternatives pour palier les éventuelles blessures dues au manque de préparation mais aussi des probables forfait en raison d’une contamination à la COVID-19 durant la compétition. Pour anticiper les contaminations massives, des tests PCR seront effectués toutes les 72 heures pour l’ensemble des délégations. On parle de 20.000 dépistages prévus tout au long de la campagne.

Le tour d’écrémage en nouveauté
Pour revenir au jeu, il est utile de savoir que la compétition sera rallongée par rapport aux séquences précédentes. Il y aura 8 groupes de 4 teams. Au terme des 3 rencontres, les trois premiers du classement se hisseront au second tour qui réunira 24 rescapés reversés dans des poules de 6. Après 5 autres rencontres, les deux équipes qui récolteront le plus de points dans chaque sextuor seront qualifiées pour les quarts de finale du Mondial.
Cela offre donc plus de matchs mais aussi des chances de voir des surprises se produire. L’Algérie, pour sa 15e participation et après deux absences d’affilée, fait du second tour son objectif principal pour cette édition égyptienne. Pour cela, il faudra s’extirper du groupe « F » dans lequel figurent l’Islande, le Portugal et le Maroc. Les deux premiers nommés devraient avoir les deux premiers tickets alors que le troisième se jouera entre les Algériens et les Marocains qui s’affrontent dès la première rencontre programmée après-demain. C’est pour dire que l’entrée en matière sera déjà cruciale pour les deux voisins.
Quant aux favoris pour la succession des Danois, il y aura, bien évidemment, les Norvégiens, les Suédois, les Allemands et le Français même s’ils sont, quelque peu, en baisse de régime depuis un moment. L’Egypte, qui jouera chez elle, cherchera certainement à aller le plus loin possible dans cette aventure. Cependant, l’absence de soutien dans les gradins pourrait s’avérer préjudiciable.