Par Mohamed Touileb
L’horizon semblait dégagé pour lancer la CAN-2021 de la meilleure des façons. Sincèrement, on ne pouvait pas se douter que l’averse pouvait venir de la Sierra Leone. L’équipe nationale a calé d’entrée dans un examen qui ne présentait pas un fort degré de difficulté. Mais, au football, le contretemps n’est jamais loin, comme cette sortie face aux Sierra-Léonais venue nous le rappeler et le démontrer.
Ce qui devait être une formalité s’est soldée par un score de parité. Une «punition» méritée infligée par une vaillante adversité. Plus que jamais, le temps est à la solidarité pour retrouver la solidité et repartir de l’avant dans ce tournoi camerounais. Tout n’a pas été parfait bien qu’on ait eu nombreuses occasions de scorer. Toutefois, et il faut le relever, en première période, les «Fennecs» ont été bousculés comme jamais. Jusqu’à basculer dans le méconnaissable et rendre une copie frappée du sceau de l’insipidité.
Mardi, les Verts ont «péché» en affichant une certaine vulnérabilité. Cela est, peut-être, dû à un excès de confiance duquel il faudra se laver. Pour défendre la couronne, il faut faire preuve d’humilité, peu importe le CV de la sélection qui se trouve dans le camp opposé. Et pourtant, Djamel Belmadi avait averti ses troupes pour ne pas tomber dans la condescendance et la facilité qui mènent parfois à la létalité.
Avant-hier, c’était un avertissement qui avait deux unités en frais de pénalité. La thèse de l’accident, c’est la piste qu’on va privilégier. Et on ose espérer que Riyad Mahrez et ses camarades repartiront de l’avant contre la Guinée équatoriale lors de la prochaine journée. Trébucher n’est pas une fin en soi et les champions se doivent toujours de se relever pour se repentir sur le chemin de la gloire et du succès.