LAVER CUP – De retour à la compétition pour la première fois depuis son sacre à Wimbledon, Novak Djokovic a renoué avec la victoire en y mettant la manière, mais il a aussi rendu hommage à Roger Federer. Après la rencontre, le Serbe a remercié le Bâlois pour lui avoir permis de vivre ce moment à ses côtés, qualifiant même la soirée d’adieux comme l’un des plus beaux moments de sa vie.
Novak Djokovic, le bel hommage à Roger Federer. L’autre grand rival du Suisse a également honoré la carrière du maestro, désormais retraité des courts depuis vendredi soir et son double perdu aux côtés de Rafael Nadal, et il a mis la manière pour le faire.
Après sa victoire express – un hommage à l’ancien FedExpress ? – contre Frances Tiafoe (6-1, 6-3), Djokovic a répondu aux questions sur le court et évoqué la soirée émotions vécue 24 heures plus tôt, un moment qui restera pour tous ceux qui l’ont vécu. Au bord du court pendant le match et à côté du duo Fedal après la partie, et pendant l’hommage au Bâlois, Djoko a tout vécu aux premières loges. Même avec 21 Grands Chelems dans la besace, et une carrière bien remplie, lui aussi a chaviré.

UN MOMENT «MAGNIFIQUE»
«Je pense qu’on sera tous d’accord pour dire que c’était probablement l’un des plus beaux moments que le public ait pu vivre, que ce soit à la télévision ou sur un court de tennis. On se doutait tous que ça allait être un grand moment d’émotion. On a tous été submergés», a reconnu l’ancien n°1 mondial, forcément touché par la retraite d’un de ses plus grands rivaux. «Forcément, ce sont des émotions mélangées parce qu’il y a un peu de tristesse de voir l’un des plus grands sportifs de tous les temps quitter le sport, ce sport qu’on aime tant, le tennis. Mais en même temps, on l’a vu heureux.» Puis, Djokovic s’est laissé porter par le moment. Double ou pas après, il a profité d’avoir un micro devant lui pour appuyer son hommage au Suisse, avec qui l’affinité n’a pas toujours été au rendez-vous par rapport à Nadal. Le temps a fait son oeuvre, comme souvent. Et Djoko a profité d’être là pour dire au revoir à celui qui l’a motivé pour aller tout en haut.
«Je me suis senti vraiment reconnaissant et privilégié d’avoir été là à ses côtés avec les membres de la Team Europe. C’est l’un des plus beaux moments de ma vie. Je ne peux parler que pour moi, mais les larmes me sont venues et puis quand je les ai vu pleurer aussi (les enfants de Federer)… Je ne veux pas te faire pleurer à nouveau Roger, mais c’était vraiment un moment magnifique.»

IMPOSSIBLE DE FAIRE TOUT ÇA SANS L’APPUI DE SES PROCHES
Djokovic et Federer, la rivalité a été grande, la relation assez distancielle. Mais au final Djokovic perd aussi une partie de lui en voyant le Bâlois s’en aller pour de bon. Sans avoir eu le même parcours au détail près, le joueur de Belgrade s’est forcément reconnu en Federer, car lui aussi a conquis et dominé le tennis, et il l’a fait savoir à l’intéressé.
«Je comprends et j’ai de l’empathie pour Roger car je sais les sacrifices qu’il faut faire pour être à ce niveau-là. On prend tout le crédit ou toute la responsabilité quand on gagne ou on perd et c’est impossible de faire tout ça sans l’appui de ses proches. Mais là je parle un petit peu trop. J’ai assisté à quelque chose d’unique. (…)» Avec le pouce levé, Federer lui a fait savoir qu’il avait apprécié. <