Encore une fois, Islam Slimani a pris beaucoup de personnes à contre-pied en restant en Europe alors que nombreux étaient ceux qui l’envoyaient déjà jouer dans les pays du Golfe. Le longiligne attaquant, annoncé avec insistance du côté de l’Olympique lyonnais ces derniers jours, a bouclé son arrivée hier pour une saison et demie. Sacré transfert dont voici les détails.

On n’attendait que les dernières modalités de transfert et la finalisation. Désormais, c’est fait. L’international algérien Islam Slimani a signé pour les 18 prochains mois avec l’Olympique lyonnais actuel leader de la Ligue 1 Uber Eats. Moussa Dembele vers l’Atético Madrid et Islam vers l’OL, le jeu de chaises musicales des deux attaquants a livré sa dernière partition. Et elle a été concluante. A 32 ans, le Fennec revient en championnat de France après sa pige pour le moins remarquable avec l’AS Monaco la saison dernière. Un passage durant lequel il a marqué 9 buts et délivré 8 passes décisives en 19 apparitions toutes compétitions réunies. L’avant-centre des Verts aura pour mission de retrouver les matchs de haut niveau après avoir passé une première moitié de saison loin de l’équipe première de Leicester City (Angleterre) qui l’a dégagé de ses 6 derniers mois de contrat. Avec les Foxes, il n’a joué que 19 petites minutes avec les seniors et 173 avec la réserve.
Salaire baissé
et défi à relever
Pour ce qui est du bail du meilleur buteur de l’équipe nationale en exercice (30 réalisations), il comporte 6 mois pour une année en option. Pour s’engager avec les Rhodaniens, Slimani a dû faire des concessions sur le plan salarial. Lors de son passage chez les Monégasques, il percevait 320.000 euros mensuels. Avec les Olympiens, il a dû revoir ses émoluments à la baisse car il n’était pas vraiment en position de force pour négocier son arrivée. Sa priorité était de rester en Europe malgré des sollicitations alléchantes en provenance de l’Arabie saoudite notamment.
Selon des indiscrétions, Slimani touchera néanmoins plus de 200.000 euros/mois. Émoluments qui pourraient être renégociés si jamais son rendement est convaincant lors de la seconde partie de cet exercice. Dans le compartiment offensif, il devra faire de la place parmi la traditionnelle triplette Depay – Kadawere – Toko Ekambi qui a donné satisfaction à mi-parcours en championnat. Pas mission facile mais Slimani a toujours surpris son monde. <