«Je ne peux pas décrire ce que je ressens, a déclaré le Russe. C’est incroyable. Franchement, je ne m’attendais pas à gagner ce titre». Grand battu du jour, Barshim s’est lui dit «déçu» par son résultat et a déjà mis le cap vers la saison en plein air pour des jours meilleurs.

La victoire de Lasitskene n’a en revanche surpris personne. La Russe, médaille d’or à Londres en 2017, a confirmé sa domination implacable sur la hauteur malgré un petit bond de 2,01 m, s’adjugeant un 38e succès d’affilée depuis 2016 et un 2e sacre en salle après celui de Sopot en 2014. Elle a ensuite tenté de s’approcher du vieux record du monde de la Bulgare Stefka Kostadinova (2,09 m en 1987), mais a échoué à passer une barre à 2,07 m. Ce n’est sans doute que partie remise tant elle survole ses rivales. «Ce titre a semblé facile mais il ne l’a pas été du tout, a-t-elle réagi. Il n’y avait pas beaucoup d’opposition et je suis sûre que je serais allée plus haut s’il y avait eu une fille qui m’avait poussée dans mes retranchements.» Cette première soirée des Mondiaux en salle s’est conclue par la 3e couronne consécutive de Genzebe Dibaba sur 3000 m. 
Au terme d’une course très relevée, l’Ethiopienne, championne du monde du 1500 m en 2015 en plein air et du 1500 m en salle en 2012, a battu la Néerlandaise Sifan Hassan et la Britannique Laura Muir. Elle tentera vendredi de s’offrir un doublé sur 1500 m.