La troupe espagnole de flamenco « Las Migas », un quatuor de quatre femmes qui ont défié les règles établies de ce genre musical pour s’affirmer en tant que musiciennes à part entière, sera en tournée en Algérie dès aujourd’hui dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des droits de la femme.

Initié par l’ambassade d’Espagne en Algérie, en collaboration avec l’Institut Cervantès, cette tournée de la troupe «Las Migas» en Algérie débute aujourd’hui, 8 mars, à Alger et se poursuivra, demain 9 mars à Annaba, puis se clôturera à Constantine, le 11 mars, soulignent les organisateurs dans un communiqué parvenu à la Rédaction. Il est également précisé dans ce communiqué : « Ce spectacle est un hommage à la bravoure et la résistance de la femme espagnole, grâce à une musique généreuse ouverte sur le monde, de cette troupe 100% féminine composée de quatre femmes musiciennes, guerrières et voyageuses». Pour assister à ce spectacle exceptionnel, le prix des tickets d’entrées est de 300 DA. Alger ouvrira cette tournée le 8 mars avec un concert au Théâtre national algérien (TNA) à 16H30. Le lendemain, 9 mars, le spectacle est prévu à 19H au Théâtre régional Azzedine-Medjoubi, quant au spectacle de « Las Migas » dans la ville de Constantine, il est programmé mardi 10 mars, à 19H à la salle Ahmed-Bey, plus connue sous le nom du Zénith de Constantine. Dans la présentation de ce groupe de flamenco féminin, il est souligné que « Las Migas » (Les miettes, en espagnol) sont quatre musiciennes de talent qui brisent les codes du flamenco traditionnel en y ajoutant des sonorités jazz, classiques, bossa et tziganes. « Las Migas » a été formé en 2004 avec la voix d’Alba Carmona, sublimée par les guitares de Marta Robles et Alicia Grillo et le violon de Roser Loscos qui assurent également les chœurs. Le quatuor reprend avec brio le répertoire des palos flamencos : tangos, bulerias, tanguillos, malaguenas, rumbas, copla… tout en rafraîchissant et en féminisant ce répertoire pour le faire voyager dans le monde. Dès lors, cela confère à « Las Migas » son propre style, à « la fois sensible, hétérodoxe, moderne, avant-gardiste, mais aussi et surtout méditerranéen », soulignent les spécialistes, en ajoutant qu’« au résultat, un genre difficile à cerner ou à décrire mais une énergie sur scène palpable et « un flamenco alegre que duele » (un flamenco heureux qui fait mal) ».

Le droit d’être femme musicienne de flamenco
Aujourd’hui, quinze ans après la création du groupe, elles représentent actuellement un petit classique du flamenco, le plus féminin et courageux qui a été primé aux « Latin Grammys » en 2017 avec leur album « Vente conmigo » comme meilleur album de flamenco. Lors de cette tournée algérienne, dans les villes d’Alger, Annaba et Constantine, le public aura également la chance de découvrir en plus de leurs plus grands titres à succès, des extraits de leur nouvel album «Cuatro », le quatrième de leur carrière, fruit de deux années de travail. Dans ce nouvel Opus, « Las Migas » introduisent des textures électroniques tout en revenant vers les sonorités du flamenco de leur début. Par ailleurs, en concordance avec la célébration de la Journée internationale des droits de la femme et au-delà de l’aspect festif, le quatuor espagnol féminin se distingue par le fait de s’être battu dans le milieu du flamenco masculin pour acquérir le droit d’être reconnus en tant que musicienne à part entière. En effet, tel qu’il est souligné dans le communiqué parvenu à la Rédaction, de nombreux fans de flamenco sont surpris de voir qu’il est pratiquement impossible de trouver une femme jouant de la guitare sur scène. En général, les spectacles de flamenco sont composés de chanteuses (cantaoras) et danseuses (bailaoras), mais il n’est pas habituel de trouver une femme accompagnant un chanteur ou offrant un concert de guitare en solo sur scène. Les femmes sont généralement cantonnées au chant et à la danse. Mais certaines guitaristes commencent, avec difficultés à ouvrir la voie de ce monde réservé aux hommes. Lors de cette tournée algérienne, le public va enfin découvrir des femmes qui ont pris le droit d’être plus qu’une voix ou une danseuse mais également une musicienne aussi talentueuse que leurs prédécesseurs, démontrant encore une fois que les femmes ont le droit d’explorer des espaces de créations réservées aux hommes pendant des lustres.n