Cela fait 18 ans déjà que le club n’a plus inscrit son nom au palmarès africain. En 2002, la JS Kabylie remportait une troisième Coupe de la CAF de suite après celles de 2000 et 2001. Un triplé historique qui a confirmé le statut de ténor continental des «Canaris». Pour l’édition 2020-2021 du tournoi qui a changé d’appellation depuis (Coupe de la Confédération CAF), les «Canaris» seront en lice après que la FAF a décidé de leurs octroyer le 4e ticket algérien pour les compétitions interclubs en Afrique.

C’était presque une évidence tant la Coupe d’Algérie n’a pas pu aller à son terme. Pour rappel, les Tizi-Ouzéens ont été sortis précocement dans cette épreuve dès leur entrée en lice (1/32 de finale) face à l’AS Aïn M’lila. Mais, en championnat, ils ont terminé 4es au classement arrêté par la FAF suite à la consultation écrite pour décider du sort à réserver à la saison foot dans un contexte sanitaire très compliqué.
Les responsables des «Canaris» ont, par la suite, fait le forcing et milité pour obtenir le 4e «pass» de l’Algérie pour jouer en Afrique. Et ce, en s’appuyant sur l’article 8 du chapitre 4 des règlements de la Coupe de la CAF qui note que «pour les pays ayant le droit d’engager deux clubs, au cas où le vainqueur de la Coupe et le finaliste ne peuvent pas s’engager dans la coupe de la Confédération, la Commission des Compétitions Inter-Clubs se réserve le droit d’accepter un autre club. Dans ce cas, le classement de la ligue nationale aura la priorité sur la coupe nationale.»

Le profil le plus africain
A partir de là, avec la Dame Coupe qui n’a pas pu aller à son terme alors que 8 teams étaient toujours engagés, il fallait prendre une décision sachant que la Confédération africaine de football attendait de rassembler les dossiers d’engagements des différents teams en fixant la fin octobre comme deadline. À partir de ces données, la FAF devrait se rabattre sur les «Lions du Djurdjura» pour qu’ils soient le 4e et dernier ambassadeur de la balle ronde Dz en Afrique.
Au grand dam du Paradou AC, l’ASM Oran, l’USM Bel-Abbès, l’A Bou Saâda, le WA Boufarik, l’US Biskra et le CA Bordj Bou Arréridj qui étaient toujours en lice en Coupe d’Algérie et avaient une chance de découvrir un tournoi africain. C’est donc une fausse attente que la structure fédérale avait entretenue.

Un CV qui en impose
En outre, de par son statut de club le plus titré en Algérie (20 trophées) et dans les compétitions continentales (7), la JSK, qui cumule 16 participations en Ligue des Champions CAF (remportée 2 fois en 1981 et 1990) ainsi que 7 en Coupe de la Confédération (gagnée 3 fois d’affilée en 2000, 2001 et 2002), semblait la mieux indiquée pour faire le meilleure parcours possible parmi les teams précités.
D’ailleurs, les dirigeants du team de Tizi-Ouzou étaient déjà prêts pour l’aventure. «Tous les critères sont en faveur de la JSK pour que le BF la désigne comme deuxième représentant de notre pays en coupe de la CAF. En plus du fait que nous sommes quatrièmes, ce qui nous ouvre le droit à la participation à la compétition continentale après l’annulation de la coupe d’Algérie, la JSK est le club le plus titré d’Algérie et elle dispose de moyens pour représenter dignement le football algérien», avait déclaré Mouloud Iboud, le porte parole de la JSK. Désormais, ça sera l’épreuve du terrain. <