Mardi, c’était un séisme. Un cataclysme. Lionel Messi (33 ans) a annoncé publiquement vouloir quitter le FC Barcelone. Un fax a atterri à la direction de Josep Maria Bartomeu signé la Pulga qui demande à ce qu’il soit libéré de ses obligations contractuelles. Un sacré coup de pression pour le président du « Barça ». Avec cette démarche, Léo veut clairement la tête du chairman qui a connu un mandant désastreux avec une gestion qui aurait dérangé, au plus haut point, la légende Blaugrana.

Sur Twitter, dans la foulé de l’annonce du sextuple Ballon d’Or, c’était l’emballement. Plus de 4 millions de tweets sur cette nouvelle qui a mis la Catalogne dans un état de détresse sans précédent. Messi, la légende vivante du la formation catalane, a émis son désir de s’en aller. C’était sa première réaction après l’élimination humiliante infligée par le Bayern Munich (8-2) en quart de finale de Ligue des Champions. Il faut savoir que l’éventualité de départ de l’Argentin était considérable pour cet été. Surtout après la saison très compliquée durant laquelle le club est sorti bredouille. Ce qui n’était plus arrivé depuis 2014. La «démontada» subie en C1 a accentué, encore plus, la tendance.

Cohabitation délicate
Certes, le dépositaire du jeu a, encore une fois, rendue une copie personnelle stratosphérique. Notamment en Liga avec 25 buts et 21 passes décisives en 33 rencontres. C’était l’une de ses meilleures séquences espagnoles après celle de 2011-2012 et ses 50 pions et 16 « assists » ou encore celle 2014-2015 durant laquelle il avait trouvé le chemin des filets à 43 reprises et délivré 16 offrandes. Toutefois, ses performances individuelles n’ont pas suffi pour empêcher le Real Madrid de s’adjuger le titre. Dans la machine, il y a eu beaucoup de défaillances. La politique des dirigeants ces dernières années était plus axée sur l’opulence financière. Loin des traditions barcelonaises. Des centaines de millions dilapidés dans des transferts qui n’ont pas donné satisfaction. On pense au Griezmann, Coutinho et Dembélé. Ces derniers n’étaient pas Messi-compatibles. Et quand le vice-champion du monde 2014 avec l’Argentine n’aime pas, il le fait savoir de différentes manières.

Priceless !
Parmi elles cette demande ouverte qu’il a faite avant-hier. Il est difficile d’imaginer le capitaine de l’Albiceleste jouer ailleurs et quitter sa maison à 33 ans. Comment Messi peut-il s’en aller sur une note aussi noire qu’est cette gifle infligée par les Bavarois. L’histoire de « LM10 » est bien trop fascinante pour se terminer ainsi. Et si ça sera le cas, en quels termes s’en ira-t-il? Un bras de fer pour sortir gratuitement sachant que la clause qui lui permettait de s’en aller sans indemnités a expiré le 10 juin dernier ?
Sinon, quel club pourrait s’offrir ses services s’ils seraient payants ? Tant d’interrogations. Mais on devine qu’ils ne sont pas nombreux à pouvoir lui offrir un salaire brut de 83 millions d’euros/an excepté les Manchester City et le Paris Saint-Germain. Aussi, Manchester United, équipé par Adidas (sponsor et équipementier de Messi), pourrait s’aligner dans la transaction. Franchement, la probabilité que celui qui a remporté le Soulier d’Or 6 fois porter une autre tunique que celle bleu et grena est minime malgré tout cet emballement. Et si cela arrive, il faudra s’attendre à ce qu’il soit le footballeur le plus cher de l’histoire. Compte-tenu du talent, Messi n’a pas de prix. n