Après le mouvement opéré l’été dernier dans le corps des walis, walis délégués et secrétaires généraux de wilaya, le président de la République Abdelaziz Bouteflika a procédé, samedi, à un large mouvement des chefs de daïra, directeurs de la réglementation et des affaires générales, directeurs de l’administration locale et des inspecteurs généraux de wilaya.

«Ce mouvement, qui vient suite au dernier mouvement décidé dans le corps des walis, des walis délégués et des secrétaires généraux de wilaya, comprend des mutations et de nouvelles nominations dans ces fonctions supérieures», a indiqué un communiqué de la présidence. Ainsi, il a été procédé à la mutation de 92 chefs de daïra et à la promotion de 64 cadres pour la première fois dans une fonction supérieure, alors qu’en ce qui concerne les directeurs de la réglementation et des affaires générales, il a été décidé de muter 6 directeurs et de promouvoir 7 cadres dans cette fonction, détaille la même source, ajoutant que 5 directeurs de l’administration locale ont été mutés et que de 9 cadres ont été promus dans cette fonction. S’agissant des inspecteurs généraux de wilaya, il a été procédé à la mutation de trois d’entre eux et à la promotion de 9 cadres dans cette fonction. En plus de consacrer «les principe d’intégration des jeunes», le mouvement opéré au sein de fonctions ayant une relation proche avec la population ouvre la voie à une arrivée massive de femmes dans l’exercice des postes de responsabilité au sein des collectivités locales. A ce titre, 15 femmes ont été promues dans les fonctions supérieures concernées. Une promotion doublée d’un défi pour ces dernières, qui auront à intervenir sur un terrain social souvent marqué par des problèmes qui viennent quotidiennement interpeller les collectivités locales. <