Il ne semble pas ressentir des remords après avoir littéralement ruiné l’objectif suprême de Djamel Belmadi et ses protégés. Bakary Gassama était au sifflet du match capital entre l’Algérie et le Cameroun disputé le 29 mars dernier au stade Mustapha-Tchaker. Et ses décisions, très contestables, ont précipité l’élimination de l’équipe nationale. Mais ce n’est pas pour autant qu’il se remet en question si l’on se fie à sa récente sortie médiatique après sa prestation désastreuse.

Par Mohamed Touileb
Sa tête est presque mise à prix. Nombreux sont les Algériens qui estiment que Bakary Gassama est l’un des facteurs qui ont causé la non-qualification d’« El-Khadra » en Coupe du Monde 2022 au Qatar. En effet, l’arbitre gambien s’est distingué avec des décisions qui ont impacté directement sur le cours du match «retour» dans le dernier tour qualificatif au Mondial 2022 entre l’Algérie et le Cameroun le 29 mars dernier dans l’enceinte blidéenne.

« Cela ne m’atteint pas »
Après sa « disasterclass » arbitrale, le directeur du jeu a fait des déclarations au quotidien gambien « The Standard ». Et il ne semble pas se remettre en question par rapport à son œuvre à fort préjudice pour notre sélection. Dans ses déclarations, celui qui a officié aux Mondiaux 2014 et 2018 estime que les décisions arbitrales sont souvent sujettes aux contestations. Surtout quand il s’agit d’appréciations ou d’interprétations. De ce fait, Gassama dit qu’il vit avec ça depuis le début de sa carrière avec le sifflet. « Cela ne m’atteint pas vraiment. On voit souvent cela de la part des équipes qui perdent », a-t-il assuré au journal de son pays en réponse aux critiques qui le ciblent depuis la dernière rencontre qu’il a dirigée entre les « Fennecs » et les « Lions Indomptables ». Cette escale à Blida peut lui coûter une 3e sélection pour la messe quadriennale.

Il continue à officier
Par ailleurs, le natif de Banjul ajoutera « s’ils gagnent, ils te considèrent comme un bon arbitre. S’ils perdent, ils disent de toi que t’es mauvais ». En décrypté, il estime que les « Verts » sont des mauvais perdants. Et cela rend ses déclarations provocantes. Pour quelqu’un qui s’est permis de ruiner un travail de 4 ans pour Djamel Belmadi et ses protégés, c’est une autre maladresse à ajouter à l’œuvre de Gassama.
Ses mauvaises décisions sont évidentes. Et ses déclarations récentes n’arrangent pas son cas. La FIFA lui avait confié un match à grand enjeux à officier. Il ne s’agissait pas d’une rencontre ordinaire mais d’un ticket pour le rendez-vous planétaire. C’est pour cette raison que la Fédération algérienne de football (FAF) a décidé d’agir et déposer une plainte auprès de la FIFA pour contester son arbitrage. Pour l’instant, il continue à officier. Il a même été désigné pour diriger le quart de finale « aller » entre Petro Luanda et Mamelodi Sundowns programmé dans deux jours. C’est pour dire que la FIFA n’a toujours pas examiné son dossier. Autrement, il aurait été suspendu à titre conservatoire.