PAR NAZIM B.
Les prétendants à la participation aux élections législatives anticipées de juin prochain sont à l’épreuve du terrain en se lançant dans la collecte des signatures de parrainage, une condition remodelée dans le nouveau code électoral que l’ANIE s’affaire à expliquer davantage à mesure qu’approche la mise en branle du processus.
L’Autorité nationale indépendante des élections a, en effet, expliqué les conditions de dépôt des listes de candidatures des partis en application des dispositions des articles 206 et 316 de l’ordonnance n° 21-01 du 10 mars 2021 portant Loi organique relative au régime électoral. Sur ce registre, les listes des candidats présentées au titre d’un parti politique doivent être appuyées par, au moins, vingt-cinq mille (25 000) signatures individuelles d’électeurs inscrits sur les listes électorales, a-t-elle souligné, précisant que «ces signatures doivent être recueillies à travers, au moins, vingt-trois (23) wilayas dont le nombre de signatures exigées pour chacune des wilayas ne saurait être inférieur à trois cent (300) signatures».
Pour l’instance de Charfi, la réunion de ces conditions habilite le parti concerné à déposer sa liste de candidats auprès des délégations de l’ANIE à travers l’ensemble des circonscriptions électorales au niveau des 58 wilayas. Après la finalisation de l’opération de collecte des signatures au niveau des wilayas, les imprimés remplissant les conditions légales sont présentés pour certification au président de la Commission électorale de la circonscription électorale, visé à l’article 266 de la Loi organique portant régime électoral, à savoir le juge, président de la Commission de la circonscription de wilaya territorialement compétent.
«Conformément aux dispositions de l’article 202, ce dernier procède au contrôle des signatures et s’assure de leur validité et en établit un procès-verbal, dont une copie sera remise au représentant de la liste des candidats dûment habilité», explique l’ANIE.
«Avant le dépôt des listes de candidatures, les partis politiques doivent obtenir concrètement 23 procès-verbaux de contrôle de signatures conformément aux conditions citées dans l’article 316 de la Loi organique portant régime électorale», selon l’ANIE, laquelle relève que la décision du coordonnateur de la délégation de wilaya de l’ANIE doit être notifiée sous peine de nullité dans un délai de 8 jours francs, à compter de la date de dépôt de la déclaration de candidature.
L’ANIE a rendu publiques, rappelons-le, les étapes du scrutin législatif anticipé du 12 juin prochain, dont le coup d’envoi de la campagne électorale est prévu le 17 mai pour prendre fin le 8 juin, soit trois jours avant le jour du vote. Son président Charfi a indiqué récemment, lors d’un point d’évaluation en lien avec le processus électoral, que 23 486 979 électeurs sont répartis sur les 58 wilayas, auxquels s’ajoutent 902 365 électeurs de la communauté établie à l’étranger.
«Ces résultats sont provisoires, étant donné que les inscriptions prendront fin dans les deux prochains jours», a noté M. Charfi, qui estime que ces résultats «ne diffèrent pas beaucoup des résultats du nombre du corps électoral, après la révision périodique».